27 avril, 2008

Le bourrier dans le pochon

Bon, comme il fait beau, cet après midi, pas de marienne ; ramassé le bourrier, i l'ai mis dans un pochon. I avons passé la since, reste plus qu'à barrer la porte. Comme i'm'mouche pas avec un dail, I m'en vais dans le Pouétou pour la semaine, manger do cagouilles et pis do mojhettes piates. A bientôt, teurtous !
.

25 avril, 2008

Le Pen , son urne et l' holocauste.

Il vient encore de remettre ça dans un canard breton. Comme le Père Dupanloup dans son cercueil bandant encore comme un chevreuil, il est probable que le Pen, de son urne prochaine (enfin une qu'il emplira complètement), continuera de nier l' holocauste... C 'est curieux le négationnisme... Car si c'est l'expression du culot de la lâcheté, c'est aussi celle du refoulé. Au lieu de dire : les nazis ont cramé les youpins et ils ont eu raison, ce qui à défaut d'être sympathique et chrétiennement correct aurait au moins le mérite de ne pas trahir l' Histoire, ils préfèrent, au lieu d'en jouir, ce que firent leurs pairs nazis, nier ce qui entretient leur funeste et douteuse érection... Le Pen à jouir ? Ça a déjà été dit, mais c'est plus que probable... Enfin ! Comment peut-on se priver de la joie de sa propre abjection ? Pouvons-nous être médiocres jusque dans nos excès ? Questions pour le bac 2008 !
.

24 avril, 2008

Salonique, Sarkozy et Albert Cohen

Sarkozy part à Salonique retrouver ses racines de "Valeureux". Tant mieux ! On va à cette occasion donner son nom à une place. Seulement, rassurez-moi, Ô Thessaloniciens ! comme aurait dit Saint Paul, dites-moi qu'il y a déjà à Salonique une avenue Albert Cohen , un square Mangeclou et une allée Belle du Seigneur...
.

Sarkozy le Golem

Pendant que je vous écris, notre président ( LST ! ) parle. Que dit-il ? Je m'en fous ! Nous ment-il ? je m'en tape ! Je suis en plein déni de réalité . Ça n'existe pas. Il n'y a pas d'intervioue, car il n'y a pas de président. Il y a une sorte de Golem, de créature qui en deux dimensions sur vos écrans se montre.
« Je n'étais qu'un golem et tes yeux m'ont vu »
dit le livre des Psaumes...

Ca lui suffit, à Sarkozy, d'être vu. Son problème, mais il l'ignore encore, c'est que comme le Golem, il est en train de redevenir de la matière, de la glaise... Rien d'autre et certainement pas quoiqu'il voudrait bien l'être, le "second Adam" de la V° République...
.

La grosse commission

Une commission américaine avait été chargée de travailler sur la douloureuse question de l'éventuelle souffrance du condamné par injection létale et si elle était patente, d'abroger la peine de mort par cette délicate procédure. Elle a rendu son rapport. Il a été impossible, (faute de témoignages crédibles et concordants...! ), de mettre en évidence la réalité de cette souffrance. Il est donc inutile d'abroger. La peine de mort par injection risque donc de perdurer au USA tant qu'on n'aura pas trouvé quelqu'un qui viendra post-mortem faire part à la commission de ses impressions. Voilà ! Y a rien à redire !
.

23 avril, 2008

Des chiffres ! La Chine pays exemplaire.

ANNÉE 2007 :
470 morts par exécutions capitales en Chine
4703 morts par accidents de la route en France
La route tuerait donc dix fois plus que la dictature ?
Alors, c'est pas une preuve ça ?
Supprimons donc les routes avant les dictatures !
.

Humeurs printanières, à la manière du Caveau de la République

Ce printemps est raté. Je suis en demi-teinte.
Tout augmente ici-bas fors la température.
Du bon soleil en vain j'attends la douce étreinte.
C'est
vrai, il y a sûrement quelque vie bien plus dure
Que la mienne... Mais oui ! quelles qu'en soient les raisons.

En ces temps fort anciens on riait sans ambages.
"Mitterrand du beau temps !" réclamions-nous, hilares...
Mais depuis Sarkozy, il n'est plus de saisons.
Le
baromètre chute et lui dans les sondages.
Le beau temps et l'humour ces temps-ci se font rares.

Et puis que voulez-vous faire avec "Sakozy" ?
Essayez, creusez-vous les méninges, allez-y !
Vous n'avez pas trouvé de mots qui riment ? eh bien,
Sachez le, c'est normal, car ça ne rime à rien...
.

22 avril, 2008

Que faire ?

Que ferai-je le jour du jour où il faudra ?
Courir ? c'est plus possible ! et puis pour aller où ?
Dans certains cas, c'est bon, ailleurs on vous dira :
Linceul pour les veinards, aux autres, rien du tout...

C'est chiant pour la famille, les amis, l'entourage
Cette histoire de "l' après" qui vient bien trop avant
Moi, je m'en fous un peu, c'est vrai, de l'emballage
J'ai compris, y a longtemps, que je suis que du vent...

Mais l'idée de laisser un quintal de viande
Sans le moindre vautour pour nettoyer mes os
Fait qu'en bon citoyen enfin je me demande
Si c'est bien raisonnable, en termes écolos

C 'est pourquoi je réclame une simple Ascension
Je sais, c'est arrivé, Mahomet, Jésus, bref !
Alors évitez-moi la moindre procession,
Et cette pierre calcaire que l'on salue du chef ...

Et si j'allais ainsi, à l'instar des prophètes
Sur un char enflammé ou sur un blanc nuage ?
Je ris à rien qu'à l'idée de contempler les têtes...
D'aucuns, j'en suis certain, en seraient verts de rage ...
.

L'habit ne fait pas le moine ni la tête le coco...

Quand nous eûmes la télé, on voyait souvent aux informations un type qui me fascinait .Il n'était plus tout jeune, mais avait l'oeil qui frise... Il avait une très belle gueule, était toujours élégamment vêtu et parlait avec aisance de sa belle voix posée. Il portait un nom à rallonge, à double rallonge, même. C'est pourquoi je n'arrivais pas à piger que ce mec fut, non seulement communiste, mais aussi grand résistant tout en étant maintenant opposant à de Gaulle et dandy à la fois... J'y perdais, étant jeune encore, mon latin de cuisine électorale... Pour moi, à l'époque, un communiste étant bleu de chauffe et pataugas, pas Harris tweed et Church... J'appris ensuite d'un pote communiste lui aussi et qui roulait en Triumph décapotable, que cela relevait des contradictions secondaires... En tous cas ce mec à la télé qui m'impressionnait tant, ce type atypique s'appelait Emmanuel d'Astier de La Vigerie. J'eus confirmation un peu plus tard que ce n'était pas n'importe qui...
.

21 avril, 2008

Même pas mort !

Il y a un quart d'heure, on annonce, en scoop, la mort de Pascal Sevran. Le journaliste super-pro a même trouvé le moyen de bricoler en moins de deux (merci wikipédia ! ) une vraie nécro documentée - on le félicite pour ça sur les ondes.

A la fin du journal on s'excuse, Pascal Sevran n'est pas mort. Victime d'un hoax, tout simplement... Il parait qu'il y a quelques jours on a balancé la nécro d' Yves Saint-Laurent, en lieu et place de celle de Césaire...
Néanmoins, à mon avis, il a pas que des copines, Sevran....
.

Ingrid Bétancourt

Tiens à propos de Citoyenneté d' Honneur de la Ville de Paris, on ne parle plus beaucoup d'Ingrid Bétancourt...
C'est curieux, l'avion que la France avait envoyé à grands renforts de com, de pub, est revenu discret, comme en un vol plané...
.

Bertrand Delanoë et Lhamo Dhondrub

Lhamo Dhondrub est plus connu sous le nom de Tenzin Gyatso ou sous le vocable plus complet de Jetsun Jamphel Ngawang Lobsang Yeshe Tenzin Gyatso soit en toute simplicité : Saint Seigneur, Douce Gloire, Compassionné, Défenseur de la Foi, Océan de Sagesse. A coté de lui Ceaucescu, "Le Génie des Carpathes, le Danube de la Pensée" était d'une humilité crasse.
Bref, c'est cet individu plus que douteux, homophobe notoire, théocrate naphtaliné, zélateur du servage, misogyne structurel, ovate obscurantiste, baderne moyen-âgeuse que Bertrand Delanoë veut faire Citoyen d'Honneur de la Ville de Paris. A quand le Révérend Moon, Raël et le Président de la Soka Gakkai ? Pourquoi pas le Pape, pendant qu'il y est... Bon, s'il s'agit pendant quelques temps de faire chier le chinois, d'emmerder le mandarin, ok, tout est bon, mais pas n'importe comment... tout de même !
.

20 avril, 2008

Godard : trois chefs d'oeuvre

Pierrot le Fou, Le Mépris
et bien sûr : Alphaville
non ?
.

Un vrai cours dominical d'économie et gratis en plus !

Vous aurez sans doute remarqué que les délocalisations s'effectuent dans le sens de rotation de la terre, c'est à dire d'Ouest en Est. Les entreprises d'Europe occidentale quand la main d'oeuvre y est devenue trop chère ont délocalisé en Europe de l'est, go east ! toujours à l'est. Et puis au bout de l'est, il y a la Chine. Chouette ! me direz-vous, en voila un réservoir de main d'oeuvre à vil prix pour les entreprises occidentales ! Oui mais, il y a un os... C'est que ce réservoir d'esclaves, vrai trésor humain, est soigneusement gardé pour son unique profit par les nouveaux capitalistes chinois à qui on a montré l'exemple et dont on est en droit d'imaginer qu'ils n'ont pas envie de partager le cheptel. Cent millions de chinois riches exploitant un milliard trois cents millions de chinois pauvres, on ne sera jamais de taille... C'est ça la réalité... Le salut dans la main d'oeuvre gratis ou tout comme ! Alors comment va-t-on faire ? Quand on voit que ces chiens de prolos de chez Dacia ont réussi après une assez courte grève à se faire verser, même si c'est encore loin de ce qu'il réclamaient, une assez belle augmentation pour des débutants, où Dacia va-t-il délocaliser ? En Afrique ? impossible pour mille et une raisons, climat détestable, parasites divers, fauves en liberté, paresse bien connue et incorrigible des indigènes, négritude ambiante et, encore lui, le sens de rotation... Je plaisante ! enfin pas tant que ça. Bref, toujours à l'est, il y a ces territoires plus qu' incertains, peuplés de crève la dalle, mais aussi de talibans et autres gens bizarres qui prétendent ne croire qu'en Dieu, résolument insensibles à la modernité et à ses plus beaux fleurons, CAC40, Nikkéi et DowJones... donc, plus à l'est encore... Mais faut pas rêver, le jour ou Dacia, puisque c'est mon exemple, délocalisera en Chine, ce sera parce que les chinois l'auront acheté... Ok, il y a encore l'Inde... oui, mais pas sûre, pas fiable, l' Inde ! qui présente un défaut rédhibitoire : on y vote comme dans n'importe quelle démocratie occidentale... et que, faut quand même bien en convenir, le droit de vote, cette horreur absolue, est objectivement un sérieux obstacle au développement ! Je raconte pas de connerie, ouvrez les yeux ! le pays qui a le plus fort taux de croissance est celui où l'on vote le moins et où l'on exploite et réprime le plus, c'est pas une preuve, ça ? Il reste, c'est vrai, une bonne part du sous-continent asiatique qui est un peu " entre-deux". Ouf ! Alors, bien sûr, au bout du bout de la Terre il y a le Japon, mais j'ai pas entendu dire qu'il était du genre à se laisser envahir et réduire en esclavage... et heureusement, car on est toujours à l'est d'un autre... Allez ! Aligatosaïma et Kampaï ! en attendant qu'un jour, l'occident ruiné rétablisse partout servitude et peine de mort pour vendre à son tour à de fortunés chinois en attente de greffe les organes tous frais de ses condamnés du jour...
... sicut rota volvitur...
.

Roland Barthes et la banlieue

Trouvé hier, en cherchant la gare RER de Noisiel, donnant sur un rond-point paumé de la ville nouvelle de Marne La Vallée, une rue Roland Barthes... Et oui, c'est ça le succès !
.

19 avril, 2008

Les gens bien meurent, comme les autres...

Lucie Aubrac, il y a quelques mois,
Aimé Césaire hier,
Germaine Tillon aujourd'hui.
Les résistants aux saloperies humaines décambutent en force depuis quelques temps. A force d'aller puiser l'Honneur chez les centenaires, le stock s'épuise et la source aussi ! Il va bientôt falloir réapprovisionner, renouveler le cheptel... Ce serait bien de faire l'économie d'une guerre pour y arriver...
Partisans...
Alors, in memoriam, Leonard Cohen et Emmanuel d'Astier de la Vigerie :
http://www.youtube.com/watch?v=x2I5UYkcPAY&feature=related
"J'ai changé cent fois de nom
J'ai perdu femme et enfants
Mais j'ai tant d'amis
J'ai la France entière..."
chante-t-il en français cet extrait du poème d'E.d'Astier de la Vigerie intégré dans sa chanson... Puisse-t-il dire encore aujourd'hui, "J'ai la France entière..."
-----------------------------------------------------------------------------------------------
intégrale du poème de d'Astier

COMPLAINTE DU PARTISAN

Les Allemands étaient chez moi
On m'a dit résigne toi
Mais je n'ai pas pu
Et j'ai repris mon arme.

Personne ne m'a demandé
D'où je viens et où je vais
Vous qui le savez
Effacez mon passage.

J'ai changé cent fois de nom
J'ai perdu femme et enfants
Mais j'ai tant d'amis
Et j'ai la France entière.

Un vieil homme dans un grenier
Pour la nuit nous a cachés
Les Allemands l'ont pris
Il est mort sans surprise.

Hier encore nous étions trois
Il ne reste plus que moi
Et je tourne en rond
Dans la prison des frontières.

Le vent souffle sur les tombes
La liberté reviendra
On nous oubliera
Nous rentrerons dans l'ombre.

C'est pas mal, non ?
.

Quoi de neuf ? Anna Karina...

Le début du clip est un peu nunuche, mais qu'est-ce qu'elle était craquante ! La chanson est totalement réussie (la comédie musicale dont elle est extraite -Anna- l'était, bien que première production Tv française en couleur, beaucoup moins). Il y a aussi une version par Gainsbourg lui-même. A vous de juger.

Quand la télé méritait qu'on la regarde...

Il n'y avait qu'une chaîne mais voici ce qu'on pouvait y voir en "praïm" comme ils disent aujourd'hui...
C'était, je pense, aux alentours de 1966, c'était Dim Dam Dom... Daysy de Galard, Peter Knapp et bien sûr Dirk Sanders et ça s'appelle "Noël à Vaugirard".

18 avril, 2008

Moondog : Logique !

Moondog musicien aveugle, atypique et à sa manière un peu comme celle de Satie assez géniale, se trimbalait, mais contrairement à ce dernier qui se déguisait en petit employé aux écritures, fringué comme dans une production Wagner de Bayreuth des années 1880.
Et Moodog, connu en France grâce à José Arthur sur France Inter dans les années 70, disait :
« Je ne m'habille pas ainsi pour attirer l'attention, j'attire l'attention parce que je suis habillé ainsi »
Rien à redire, c'est pas écartable comme on dit dans le Poitou !
Voir l'une des excellentes biographies qui lui sont consacrées sur :

http://terribabuleska.free.fr/index.php?2007/01/08/2-test
.

Cerveau- dendrites-synapses et plantage en règle

Il y a quelques jours j'ai écrit "ballets-brosses" au lieu de "balais-brosses"... Il a fallu la vigilance d'un anglophone fin connaisseur de danse classique et de musique contemporaine pour me faire me corriger, dans la honte absolue...
Alors que c'est-il passé dans mon cerveau ? Je crois avoir trouvé. J'ai été dans ma hâte habituelle victime d'une association incontrôlée par homophonie approximative. En pensant "balais-brosse", j'ai pensé, personne n'est parfait, "ballets roses"... C'est là que les échanges se sont faits dans le cerveau... Ah, acétylcholine, quand tu nous tiens ! L'idée de "balais roses" étant assez peu commune et de toute façon dans le cas présent hors de propos, j'ai fait un mix... et c'est l'autre proposition qui l'a emporté.
.

17 avril, 2008

Francis Falceto, ses découvertes et Tségué-Maryam Guébrou.

Francis Falceto possède un réel talent pour dégoter à travers le monde les curiosités musicales les plus improbables. Parmi celles de sa collection tout à fait étonnante réunie sous le Label “Ethiopiques” on m’a offert le disque tout récent consacré à Tségué-Maryam Guébrou.
Tségué-Maryam Guébrou est maintenant une vieille dame qui vit en religieuse à Jérusalem (elle a bien raison, c'est une ville sublime...). Sa vie a été particulièrement non conventionnelle. Née dans une famille de notables éthiopiens, elle a fait ses études en Suisse où elle découvre la musique occidentale et le piano. De retour dans sa patrie, elle rejoint l’entourage proche du Négus. Mais son rêve est de retourner en Europe pour devenir pianiste. La pression familiale (la musique n’a pas à l'époque bonne presse en Ethiopie) et l’autorité de l’Empereur mettront un terme et à ses velléités et à sa carrière artistique. Ne faisant pas dans la mesure, elle devient religieuse. Mais elle continue dans le cadre de sa vocation à pratiquer l’instrument et commence à composer.

Et c’est là que ça devient intéressant. La question de savoir si c’est de la bonne musique est dans le cas présent totalement subsidiaire (c’est à mon goût plutôt mauvais, car elle est, entre autre, assez rétive à toute modulation dans un "élément" musical qui la réclame.). Mais là où ça devient passionnant c’est quand il s’agit de comprendre l’univers musical d’une personne néanmoins résolument musicienne, douée, à défaut de talent créateur, d’un sens de l’ analyse et de la compréhension de la musique tout à fait extraordinaire car probablement autodidacte. Alors, où cette jeune fille de bonne famille avant devenir religieuse a-t-elle découvert toutes ces formules musicales qui la nourrissent, qu’on entendait soit dans les salons, sous les kiosques ou dans les bordels ? Tous les morceaux de ce CD s'inspirent, leurs titres en témoignent, de sujets religieux. Et pourtant, de la musique de bonne sœur, ça ? Vous rigolez !

La grande originalité de Sœur Guébrou réside dans le fait que sa main gauche est toujours fort bien élevée quand sa main droite est tout le temps “canaille”, moitié Chopin-moitié Joplin, et qu' ainsi, en bonnes chrétiennes, l'une ignore ce que l'autre fait... Le tout est parfois assez proche d’une forme de variété-smoking blanc-casino, de “musique de genre” (il y a une vraie “Habanera”), mais aussi capable d'un contrepoint assez élaboré dont on se demande comment elle les connaît. Ça rappelle aussi parfois, en hélas moins concis, Moondog le sublime, et quelques adeptes du répétitif des années soixante-dix, bref, ça rappelle un tas de trucs.... Et dans ce genre de pratique musicale dont je pense qu’elle devrait être encouragée, (tout le monde a le droit d’écrire de la musique comme tout le monde a le droit d’écrire dans sa langue maternelle) c‘est plus le mécanisme de la création qui compte et surtout ses ingrédients métissés que le résultat assez pauvrement syncrétique. La chose la plus curieuse et donc originale réside dans ce que cette musique utilise les recettes de la musique occidentale en la soumettant à un traitement personnel oriental, dans un rapport à la durée totalement opposé à nos habitudes, ce qui fait, qu'on a toujours l'impression, par cette inappétence à créer pour les résoudre les tensions autant qu'à moduler et dans un mépris affiché de la cadence, qu'elle ne sait pas "finir". Je voudrais savoir si Francis Falceto lui a posé la question des influences. En tout cas, je trouve ça extrêmement intéressant car l’univers musical de Tségué-Maryam Guébrou est un vrai, un réel foutoir culturel et c’est ce qui en fait le charme, la qualité.
Bravo pour le livret, car la vie de Tségué-Maryam Guébrou, est un roman...

On trouve ce Cd tout sauf banal (et donc, dans cette époque de formatage, indispensable !) chez
Buda Musique188 bd Voltaire à Paris 11°
et sur http://www.budamusique.com/
.

B52'S, allez, juste pour le plaisir, ,

C'est quand même mieux que Vincent Delherm, Sébastien Tellier et Camille réunis, non ?

video

Ça s'appelle "Love shack", c'est plus tout jeune certes, mais c'est toujours vachement bien.
.

16 avril, 2008

C'est toujours d'actualité,

Ça fleure bon le Audiard, (normal, les dialogues, c'est lui) et Blier est, comme toujours, superbe.
Caricatural ? Ben, pas tant que ça...

video

Le film dont est tirée cette séquence s'appelle un "Idiot à Paris". Pas si idiot que ça, le film... Faut dire qu'entre autres, René Fallet était dans le coup...
.

Justice en miroir

Je sais, je sais, les deux affaires n'ont rien à voir mais tout de même...
Il en ressort qu'il vaut mieux aller kidnapper 103 petits blacks crève la faim en Afrique lorsqu'on est français que de prendre en otages 30 adultes blancs et riches sur un voilier de luxe quand on est africain...
- 8 ans de taule dans un cas pour être libérés un mois après.
- réclusion à perpète possible dans l'autre...
Voilà, le miroir de la justice est parfois déformant...
.

15 avril, 2008

La sagesse

On dit qu'un homme devient vraiment sage le jour où il arrête de tirer la chasse avant d'avoir fini de pisser.
.

Xavier Darras, Xenakis et les balais-brosses

Je ne sais pas pourquoi, mais je me souviens de ça. C'est, je pense, en 1973 ou en 1974 et je suis pour un mois à Bonn, pour le Festival et les JMF. Ce festival est cette année dédié à Xenakis. Après avoir pris sur la place du marché un café avec Maurice Fleuret qui est très en verve et fait des calembours désastreux, des rébus affligeants, c'est à dire excellents, je croise Xavier Darras qui sort du Kaufhaus . Il tient à la main deux balais-brosses qu'il vient juste d'acheter. Je lui demande ce qu'il compte faire avec ça ( il était organiste, pas technicien de surface...). "Je joue Gmeorrh ce soir et j'ai laissé à Toulouse les planches pour faire les clusters. Ces deux brosses sont juste à la taille des claviers de l'orgue de la cathédrale ..." Et oui, la musique c'est ça aussi ! et Gmeorrh un chef d'oeuvre !
.

Imaginez, un dîner avec Sarkozy et Berlusconi...

Ça y est, les italiens qui se foutaient encore de notre gueule il y a quelques semaines, viennent de réélire Berlusconi. Notre président se réjouit de son élection et le félicite chaleureusement.
Je trouve ça rigolo, car notre président, à coté de Berlusconi, c'est le manuel de la Baronne Staff fait homme...
Imaginez un dîner avec ces deux individus et leurs suites...
Rappelez-vous, puisqu'on est à Rome, dans le Satyricon, le dîner de Trimalcion... Je vous laisse rechercher... vous souvenir...
.

Roseline Bachelot , je vous l'avais dit !

Je vous l'avais dit, Roseline (qui rit quand on...) anticipant sur une éventuelle intervention de notre président ( LST !) est revenue sur ses propos d'hier. Jamais elle n'a dit qu'elle ferait en sorte qu'on ne rembourse plus les lunettes. Elle a simplement dit sans les en informer qu'elle refilait le bébé aux mutuelles... Pas si conne la Bachelot... car c'est vrai ce qu'elle dit.. Ce qu'elle oublie, en revanche, de dire c'est que les gens qui peuvent se payer des mutuelles suffisamment efficaces, sont ceux qui ont les moyens se payer des lunettes sans se la faire rembourser au prix fort. Chapeau ! Roseline ! t'es pas et de loin la plus nulle de ce gouvernement ! Tu devais être redoutable quand tu étais commerçante, enfin je veux dire, pharmacienne !
.

14 avril, 2008

Un prêtre au gouvernement ? et la main de ma soeur...

Je sais pas ce que j'ai induit, mais ma fenêtre de pub me pose à l'instant la question :
Un prêtre au gouvernement ?
Est-ce sa place ? Voir l'émission de France 2 et réagir sur le forum.
www.lejourduseigneur.com

Bon, étant, vous le savez, d'une tolérance extrême, j'ai rien contre, dans l'absolu, mais dans ce cas, devenu partisan du tout ou rien et de la parité et du n'importe quoi, je veux aussi, tant qu'à faire, dans ce même gouvernement un peu de tout en vrac :
un chanoine anglican,
un pasteur calviniste,
un autre luthérien,
et un évangéliste,
un témoin de Jéhova,
un bonze tibétain,
son Dalaï Lama,

un raëlien cosmique,
une rosicrucienne
un grand pope orthodoxe,
un guetteur d'équinoxe
une cartomancienne
un rabbin,
un imam,
soufi de préférence,
fin connaisseur de l'âme
un marabout d'Afrique,
et un mormon de France,
un druide néo-celtique
gardien du W
alhalla
et puis encore, voila,
un scientologiste,
une antique vestale
sublime et virginale
un moine taoïste,
aussi un shintoïste,
un chamane mongol,
un très sage animiste,
un rescapé cathare,
un mystique tatare
un augure de haut vol,
un zoroastrien,
un aruspice ancien
un sorcier algonquin,
un autre berrichon,
un vieil Aré Khrishna
un spirite,
un devin,

une pythie vaudou,
une autre macumba,
un simple néophyte
et son gourou hindou
grand fumeur de chichon,
un zélateur du "Rien",
un adepte du "Tout",
feu Madame Soleil
et le Sâr Péladan
à nul autre pareil,
j'en passe et des meilleurs
et puis, comme toujours,
un zouave,
pour que ma soeur, dans sa culotte,
enfin,
glisse sa main.
et bien sûr, Christine Boutin...


Après la carte, le lorgnon

L'éradication, par économie, de la carte famille nombreuse a été non seulement abandonnée mais remplacée (grâce à la soudaine générosité de notre président , LST !) par son contraire, l'attribution de la dite carte désormais à tout le monde. C'est tout juste si dans sa fougue notre président ne l'offre pas aux célibataires sans enfants ... Ce matin la glorieuse Roseline, (vous savez, celle qui rit quand on...) suppose qu'on va, par économie (encore, toujours), supprimer définitivement le pourtant tout petit remboursement des lunettes par la Sécu. Si tout va bien, Sarkozy devrait donc annoncer, dans la foulée, les lunettes pour tous remboursées à 100%, même pour ceux qui, 10/10 à chaque oeil, n'en ont pas besoin. Ça se passe comme ça en ce moment du coté de l' Elysée, les ministres font des annonces catastrophes et Sarkozy arrive et, par magie, remet tout en ordre. Sondages ? Vous avez dit sondages ? Sarkozy, c'est pour ceux qui s'en souviennent, le " Monsieur Plus" de Bahlsen... je ne suis pas, je m'en aperçois à l'instant, le seul à le penser.

.

13 avril, 2008

Siné, d'accord ! c'est pas mal non plus...

Chaval ? Génial ! et oublié...


En 1968 il s'est passé plein de choses qu'on commémore cette année. Mais on a oublié que c'est le 22 janvier 1968 que Chaval s'est suicidé. Chaval est un peu oublié et c'est bien dommage. D'abord parce que c'est un dessinateur extraordinaire, un mélancolique notoire, et l'un des rares exemples de praticien modéré de l'humour noir qui soit non seulement supportable mais toujours délicat... Chaval, je l'aime aussi tout simplement parce que mes parents étaient de ses grands admirateurs et me l'ont fait connaître très jeune.

C'est un peu con, j'ai pas de pot, car mes deux dessinateurs favoris (Chaval et Lelong, père de Carmen Cru) se sont flingués tous les deux avant de terminer leur oeuvre...

Alors en souvenir de Chaval, en attendant de m'occuper de celui de Lelong : deux dessins, l'un poétique, l'autre absurde... Chaval c'était tout ça.

Cliquer sur les dessins pour les agrandir.
.

12 avril, 2008

Honneur français et piraterie bougnoule

Après avoir du se mettre à la botte des flics chinois pour protéger la flamme olympique sur son propre territoire, la France a décidé, pour venger son honneur, que les pirates récupérés par ses flics (selon quelle convention ?) sur le territoire somalien seraient conduits en France pour y être jugés. Ah non mais ! A quand un Guantanamo à la française ?
.

Altérité, disent-ils.

Les chinois ? mais vous ne pouvez pas comprendre ! Ils sont différents et n'ont pas les mêmes valeurs que nous autres occidentaux. Tenez, par exemple, la Liberté qui nous est si chère, et bien les chinois, ils détestent ça, la Liberté, depuis toujours ! même qu'ils l'ont jamais connue tellement ça les dégoûte ! L'intimité non plus, c'est pas leur truc aux chinois, même pisser tout seul, faire de la gym, ou se promener sur la grande muraille, ils savent pas, toujours en groupe, on se demande comment ils baisent sans être contraints à la partouze et pourtant ils baisent... Bref, qu'on se le dise et le redise, les chinois sont dif-fé-rents.

Ça me rappelle que dans les années soixante-dix, pour aller en Chine, il fallait obligatoirement passer par les "Amitiés Franco-Chinoises" association d'intellectuels français agréée, estampillée par le gouvernement chinois. Ce sont les membres des AFC qui avaient fait la promotion de ce concept extraordinaire : l' "altérité". Cela permettait déjà de justifier le tout et le n'importe quoi de ce pays en pleine fin de règne Mao. Le Grand Bond ? Altérité ! Les camps de rééducations ? Altérité ! Les Gardes Rouges ? Altérité ! La campagne des Cent Fleurs ? Altérité ! Les millions de morts de faim ? Altérité !

Ce discours de la différence des anciens sympathisants (un poil maoïstes) de l' époque et bien, on le retrouve curieusement aujourd'hui dans la bouche des libéraux forcenés qui soutiennent les successeurs de Mao, esclavagistes ex-communistes reconvertis néo-fascistes qui leur fournissent une main-d'oeuvre quasiment gratuite. Oui, mais me direz-vous, il y a des millions de chinois qui désormais s'enrichissent ! C'est pas un signe, ça, de liberté ? Oui, c'est vrai, des chinois en bons intermédiaires font leur pelote sur le bon milliard et quelques autres qui crèvent la dalle. Quelques dizaines de millions de gens nouvellement riches sur un milliard quatre cents millions, ça s'approche de la proportion des pays industrialisés, la liberté en moins... Et puis, honnêtement, quelle est désormais la différence entre un capitaliste chinois et un capitaliste occidental si ce n'est sa seule appartenance au Parti Communiste Chinois, futur MODEM du Levant ? Ultime argument salopard des uns et des autres : les chinois ne sont pas prêts à connaître la liberté, car ce n'est pas dans leur culture ! Les cultures, ça évolue, sinon, nous serions encore en France sous la monarchie absolue (même si on a un peu l'impression actuellement, de vivre sous les rois fainéants...)

Et c'est là que l' idée foireuse d' altérité même grossièrement manipulée revient en force. A l'époque de la mondialisation, l'altérité, si tant est qu'elle en eut un, perd son sens surtout dans le champ des libertés, ou de la liberté. Avez vous remarqué que ces bons apôtres qui sapaient la forteresse communiste dans les années quatre-vingts, entretiennent, colmatent, plus encore, blindent aujourd'hui le régime chinois ?


11 avril, 2008

A l'abordage ! ou de Stevenson à aujourd'hui en passant par de Monfreid

Qui l'eût cru ! Comme à la grande époque des vaisseaux, des navires de haut bord, la vie extraordinaire des pirates est toujours d'actualité. Poursuite, abordage, prise d'otage, dans des mers tropicales bleu azur, à deux brasses des côtes somaliennes. C'est alors qu'on apprend un tas de choses étonnantes. Ces pirates sont connus et reconnus pas seulement dans les ports mais à l'intérieur des terres où ils ont presque pignon sur rue. Il y a aussi des chefs de tribus qu'on peut joindre sur leurs portables, présents 24heures / 24 pour servir d'intermédiaires. Bref, une belle organisation. Par ailleurs et contrairement aux insatiables et souvent bornés terroristes qui travaillent pour une "cause" et pas pour leur pomme, ils ne sont pas très gourmands, les pirates, ce qui fait que généralement, les rançons qu'ils réclament leur sont versées rubis sur l'ongle et que tout se règle, sommes toutes, rapidement, sans histoire.
Bref, les côtes somaliennes c'est un peu comme le canal de Suez, faut payer le passage...
Bon, c'est clair, je suis contre les prises d'otage, mais honnêtement, aller se trimbaler chez les crève-la-faim dans leurs eaux territoriales, à bord d'un voilier cinq étoiles, c'est un peu chercher les emmerdes quand on sait très bien qu'ils existent... Et puis en même temps, puisqu'il paraît que la compagnie maritime a payé (et ce ne serait pas la première fois) une rançon aux pirates, je me demande si ça ne fait pas partie de l' aventure... Du genre "La Croisière de l'Extrême" avec pirates et prise d'otage ! Enfoncé, le Club Méd ! Manquent plus que les produits dérivés... Mini-Kalachnikov en or, en broche, sautoir ou porte-clés, grenades-briquets de table, brevet d'otage sur parchemin, couverture médiatique, commentaire discret et convenu du chef de l'état qui sait bien qu'il n'y a pas vraiment de danger, DVD du making off, bref, des souvenirs, des vrais... Au prix de la croisière, on peut considérer qu'on y a droit, non ?

Pour faire simple, si Ingrid Betancourt s'était payé une croisière au lieu de faire de la politique, elle serait depuis longtemps parmi les siens..
.

Monsieur et Madame X ont un fils...

Cette fois, ce n'est pas une devinette absurde, c'est une histoire vraie. Une amie institutrice itinérante affectée au remplacement dans des écoles de banlieue me raconte ce qui suit. Dans un CP, l'un de ses petits élèves s'appelle Clitis. Personne dans l'école ne peut lui dire l'origine de ce prénom. Elle en demande donc, à la sortie des classes, à la maman l'origine.
- Clitis ? ben oui, comme l' acteur, Clitis Wood !
.

10 avril, 2008

Arrêtez, arrêtez cocher !

Vous avez vu, dans ma lucarne de pub, on propose à mes lectrices les services d'un médecin pour les épiler au laser, maillot et aisselles !

Ça me rappelle, allez savoir pourquoi, une chanson de quand j'étais jeune :
"Arrêtez, arrêtez cocher,
J'ai un poil du cul pris dans la portière
Arrêtez, arrêtez cocher,
J'ai un poil du cul pris dans l' marchepied ! "
.

Nathalie Kosciusko-Morizet : un problème ? Moi, la Belle Noiseuse, j'aime !

Nathalie Kosciusko-Morizet est de droite et emmerde la droite (je préfère les gens de droite qui emmerdent la droite que les gens de gôche qui la servent). Principale raison : elle a plus de diplômes, malgré son jeune âge, que tout le gouvernement (président y compris) réuni et en plus c'est une femme...

"Polytechnicienne (promotion 1992), elle a choisi la biologie comme spécialité et est aussi ingénieur de l' École Nationale du Génie Rural, des Eaux et Forêts (ENGREF), et membre du corps des ingénieurs du génie rural, des eaux et des forêts. Elle est également titulaire d'un MBA du Collège des Ingénieurs (promotion 1997)" (données Wikipédia d'aujourd'hui) .
Bref Kosciusko-Morizet c'est pas Pigier, Sciences Po, ou l' IUT de Broderie sur Soie de Romorantin. C'est de la compétence en matière d'écologie, c'est comme ça, on va pas chipoter ! Ça l'a quand même conduite (envie atavique d'un peu de pouvoir ?) à se retrouver dans ce gouvernement sous l'autorité d'un ministre d'état, ancien avocat de province, pour le compte d'un président, ancien avocat de banlieue...

Bon, ok ! les diplômes ça fait pas tout ! Pour vous peut-être, mais pour ses amis de l' UMP, surtout quand ils en ont moins qu'elle, si !

Alors, qu'une Rama Yade l'ouvre, c'est pas grave ! c'est qu'une "blonde" à leurs yeux, que Fadela Amara l'ouvre aussi, c'est pas plus grave, car c'en est une autre, et puis, comme dans les comédies de Molière, les soubrettes ont droit au chapitre...

Mais Kosciusko-Morizet c'est autre chose... Si encore elle était moche avec des lorgnons de bignole et un chignon de chaisière, ça passerait, mais c'est qu'en plus d'être intelligente elle est loin d'être moche... Alors quand elle l'ouvre, c'est autrement plus chiant, car la belle "noiseuse" est de surcroît honnête...
"Je suis rousse et alors!"
semble-t-elle leur dire comme dans une célèbre pub des années quatre-vingts...

Bien sûr, je serais tenté de dire : mais qu'est-ce qu'elle fout à l'UMP ? J'ai enfin renoncé à ce genre de sophisme, car je suis tout aussi tenté de dire et a contrario à propos de certains : mais qu'est-ce qu'ils foutent encore au PS ?
.

Allez, un peu de variétoche anglaise

L'insupportable James Blunt vient de sortir une nouvelle scie qui s'appelle "No Bravery". Je serais les Rolling Stones je lui ferais remarquer que cette chanson est un pâle, détestable et interminable démarquage musical du génial "Angie"... Mais je pense qu'ils s'en foutent de Blunt, les Stones, et qu'ils ont bien raison... Pourquoi je m'énerve ?
A vous de juger quand même :

Borloo, Joffrin, ils causent !

Jean-Louis Borloo affirme après ses chamailleries avec Nathalie Kosciusko-Morizet qu'il n'y a pas entre elle et lui "l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette... Pauvre femme, soumise régulièrement à l'épreuve de cette promiscuité...

Laurent Joffrin* vient d'écrire un "pamphlet étincelant" ( ! dit la pub radio...), bidule anti-sarkozy qu'il vend lui-même sur les ondes avec cet argument : "Il est bien que quelqu'un dise tout haut ce que tout le monde pense tout bas" Ah ! quand un homme de gôche reprend un argument commercial de Le Pen, ça surprend toujours un peu... Alors, si tout le "pamphlet" est de cet acabit, merci à son éditeur de m'en envoyer (comme l'aurait demandé Francis Blanche) un rouleau.

C'était la rubrique "Voici les cons du jour".

*
J'apprends par Wikipédia (à vérifier quand même car ce bidule n'est pas fiable) que le vrai nom de Laurent Joffrin, serait Laurent Mouchard... Effectivement, dur à porter quand on est journaliste...
.

Que d'eau ! que d'eau !

J'apprends à l'instant que :
le corps d’un être humain adulte contient 60% d’eau, c’est-à-dire environ 42 litres d’eau pour une personne de 70 kg.
La part de l’eau dans le corps diminue avec l’âge : 97% dans un fœtus, 75% chez le nourrisson, 60% chez l'adulte, 55% chez la personne âgée. C’est le cerveau qui contient le plus d’eau avec un taux de 80% ! Nos muscles en contiennent 75% et nos os 30%.

Question d'humidité ?

Mais non, banane ! question d'humilité !
.

09 avril, 2008

Ah ! les choses qui se perdent !

Tenez, par exemple, la Carte Famille Nombreuse, et bien c'est fini ! Moderne qu'il faut être ! dit Madame Morano (avec des arguments pas idiots de prim'abord donc sérieusement trompeurs) et faire des économies, ça va avec. La Carte Famille Nombreuse, (j'ai bien connu, j'en viens !) ça faisait partie du folklore français, comme la baguette de pain, Interville, le béret, Poivre d'Arvor, la tour Eiffel , les espadrilles un jour d'été et le prix des allumettes comme disaient Stone et Charden... Ça avait aussi un coté après-guerre, ration, carte de ravitaillement, avec la photo rivetée du titulaire, et le pourcentage de la ristourne imprimé à l'encre violette sur la moitié du document. Rétro, oui, mais c'était bien utile... Car ça permettait à des gens, qui à défaut d'avoir de la fraîche avaient un tas de mouflets, d'améliorer l'ordinaire, surtout quand il s'agissait de prendre le train. Ça donnait aussi droit à des "remises" à un tas de trucs, dans un tas d'endroits... C'était presque, en cas de besoin, une seconde carte d'identité ainsi que le brevet d'avoir participé à repeupler la France ! .

Grâce à notre président (qui devrait pourtant savoir, à travers ses divers foyers décomposés-recomposés, ce que famille nombreuse veut dire...), aujourd'hui, c'est le train des réformes qui aura la peau de la Carte Famille Nombreuse. Au prétexte que c'est à la SNCF -selon Morano, pétée de thunes, j'aimerais d'ailleurs comprendre si c'est le cas, pourquoi on ne baisse pas les tarifs... - de financer ses largesses et pas à l' État ! Ça se discute...

Mais ce qui est rigolo dans l'affaire, c'est que ce sont les parents de familles pléthoriques pour la plupart chrétiennes, voire plus globalement religieuses façon Ogino qui l'ont saumâtre, car après s'être fait taxer sur leurs gros monospaces destinés à véhiculer à la messe, l'office ou à l'école privée confessionnelle leur portée (en jupe plissée, fut de velours et loden vert), en plus de découvrir qu'ils vont se faire léser, l'apprennent non seulement de la bouche de la Secrétaire d'État à la Famille qui est supposée les défendre mais, comble de l'horreur cynique, celle-là même d'un Président qu'ils ont pour la plupart élu... A qui se fier ? Je vous demande !
.

08 avril, 2008

A quoi servent les jeux olymphriques ? Ou un peu d'histoire du sport...

D'abord ils ont servi dans l'Antiquité à un tas de pédés grecs et bodybuildés à quitter leur jupettes pour se trimbaler à poil, mesurer celui qui avait la plus grosse et après, se l'enfiler à qui mieux-mieux dans les stades pour s'amuser pendant que bobonne au gynécée filait la quenouille en faisant cuire des fèves, les grecs anciens, pédés ou pas, étant rappelons-le, frugaux !

Quelques centaines d'années après la chute de l'empire grec, ça ne nous rajeunit pas, un certain français, nostalgique baron pas plus pédé qu'un autre (et oui, on n'en sort pas !), pas moins non plus, d'ailleurs, décida à une époque ou la colonisation était une occupation elle aussi comme une autre de montrer voire de démontrer la supériorité de l' Homme Blanc. La Femme Blanche, pendant que son mari s'occupait avec ses potes dans les vestiaires à se faire croire, encore, qu'il avait toujours la plus grosse, lui concoctait de fort roboratives et bourgeoises ragougnasses, car la diététique n'était pas encore inventée.

Puis, quelques années et une bonne guerre après, ils servirent, et oui déjà, de brevet de respectabilité pour celui qui les organisait (de préférence l'un des pires !) et dès lors, ce ne furent plus les athlètes qui voulaient se la jouer Jeff Stryker mais, dans tous leurs états, les "États". La bouffe fut remplacée par diverses substances, la guerre étant, comme chacun sait, un vecteur de progrès, la Science et par elle, la Chimie, venaient - modernité oblige ! - de faire leur entrée...

Jusqu'aux jours où les États eux-mêmes furent dépassés par un truc nouveau et beaucoup plus fort qu'eux, les "Multinationales" qui ne voulaient rien prouver du tout, mais tout simplement faire de la thune, les Multinationales, ça sert uniquement à ça... La plus extraordinaire d'entre elles ne manquait pas d'humour involontaire ou non... qui offrit aux francophones, au pays de Lacan, en choisissant son nom, le plus merveilleux calembour qui soit puisqu'il est bilingue. Nikè... La victoire en grec comme chacun sait, et par homophonie une invitation à mettre ou à se faire mettre en règle... Invitation que nos amis chinois et les sponsors qui ont chez eux leurs habitudes et leurs usines à esclaves, nous proposent encore aujourd'hui.

Donc, restons simples et pragmatiques. Les jeux remplissent les fouilles de gens qui exploitent sans vergogne quelques milliers d'imbéciles surdimensionnés consentants - qu'ils aillent se faire... chez les grecs - et des millions de crève-la-faim qui n'ont pas vraiment le choix ... alors pour ces millions là :

Nique les jeux !
.

07 avril, 2008

Un air de 68... année olympique elle aussi...

En cette année de commémoration soixante-huitarde, il s'est passé aujourd'hui une chose étonnante, la plus grande mobilisation parisienne impromptue depuis 40 ans... Et curieusement, comme il y a quarante ans, personne ne l'avait prévue, encore moins évaluée...
Certains ce soir ont honte d'être français, d'autres dont je fais partie sont au contraire fiers de l'être... Et comme on me l'a appris enfant : j'ai horreur d'avoir honte et j'adore être fier.
.

Élisabeth Lévy et ses "embarques"

Ah ! Élisabeth Lévy ! C'est toute une histoire ! Un mélange de bon sens prudhommesque (ce fameux "franc-parler", façon Jeanne Souza de "Sur un banc", pour ceux qui s'en souviennent) et de courts élans de haine proprement hystériques, tout ça si bien ficelé, imbriqué, en mille-feuilles, qu'on ne sait pas la vraie nature d' Élisabeth...

Bref, aujourd'hui, l'ineffable souhaite avec intelligence la dissolution définitive des jeux olympiques et s'en prend en même temps à Robert Ménard, d'une façon bête ! mais bête-Élisabeth ! Ménard, elle lui reproche en gros (la finesse c'est pas son truc, à Lévy, son arme favorite c'est le bazooka, pas le scalpel...) d'avoir transformé RSF en bidule politisé et surtout d'en faire un instrument de sa propre promotion, le présentant comme un saint auto-proclamé prêt à faire pour son plus grand profit la morale à tout le monde et sans doute à elle aussi... Mais voyons ! Ce genre de procès d'intention est aussi vieux que le procès d'intention lui-même...

Bon, faut dire que Lévy est journaliste et pas reporter... Elle sait donc que c'est pas entre son bureau et les chiottes de son canard de merde qu'elle risque, sauf bévue terroriste, d'être prise en otage... RSF, donc elle s'en tape ! Oui mais, comme aurait dit Audiard, ça l'empêche pas de causer ! Et je suis persuadé que si d'aventure Lévy se faisait enlever, il ne se passerait pas deux heures avant que les preneurs d'otage face à sa logorrhée ne proposent de payer eux mêmes une rançon pour qu'on la récupère...

Vous savez, il y a des gens intelligents qui se laissent parfois aller à être un peu cons... Elisabeth Lévy (qui curieusement n'est pas antipathique, mais honnêtement, on a tous des copains, des copines un peu con(ne)s qu'on aime bien quand même), c'est pour sa remarquable rigueur dans l'absurde et par sa flamboyante énergie imbécile, exactement le contraire ...
.

La Chine, femme battue...

Les chinois dans "leur rapport à" leurs dirigeants me font penser à certaines de ces femmes battues qui souhaitent la mort de leur bourreau mais sont prêtes, si quelqu'un d'extérieur au ménage ose l'attaquer ou lui faire la morale, à le défendre bec et ongles... il paraît que c'est une question de fierté. C'est donc pas fini cette histoire et c'est même pour ça que, tant qu'à faire, si le mari peut aussi cogner la cousine tibétaine, cette salope qu'on exploite sous prétexte qu'on l'héberge, ce sera pas plus mal...
.

Ah ! la p'tite flamme, la p'tite flamme de Paris !

Bon, il semble qu'en choisissant un lundi pour la mascarade, ils imaginaient que ça se passerait sans problème. Pas de pot, c'est à croire qu'il y a un tas de gens qui on posé un RTT pour venir foutre le bordel... Même les flics n'ont rien pu faire... Le foutoir absolu, la flamme qu'on éteint, qu'on rallume... Le trajet qui se modifie en direct et, tenez vous bien, à la demande et sous le contrôle des autorités chinoises directement de Pékin ! Le défilé qu'arrête pas d'arrêter, qui se coince... Les banderoles de Reporters sans frontières, les drapeaux tibétains, bref, une fois tout ça passé au filtre,expurgé de tout ce qui fâche, il va pas rester grand chose à regarder pour (comme les appellent Kouchner et les autres) nos amis chinois.
.

06 avril, 2008

Rites funéraires et profanation

Hier, le très sympathique, drôle et érudit Yves Coppens rappelle que les premiers rites funéraires réunissaient dans des puits, côte à côte ou mélangés, les os des chefs et ceux des infirmes... L'Âge d'or en quelque sorte...
Alors, soyez maudits, si tant est que vous sachiez ce que cela veut dire, vous, pauvres cons qui allez aujourd'hui profaner les stèles commémorant, fût-ce d'une manière illusoire, la fraternité d'un instant. Vous êtes pire que ce vous imaginez être ce pauvre et innocent porc que vous associez à vos rituels insignifiants... S'attaquer aux morts ? Vous mériteriez que les fantômes existent et viennent vous tourmenter un peu...

Pour ce qui est de Rachida Dati, vous n'êtes pas de taille, chez Hermès ou Vuitton, le cuir c'est de la vachette...
.

De l'un à l'autre

Au cas où vous ne l'auriez pas vu, après avoir joué au play-boy, notre président joue aujourd'hui au président... Jouer, dit-il ...
.

Whisky - Souvenir de ma mère.

Je me rappelle l'arrivée du whisky dans les habitudes familiales. C'était en 1966 ; l'insuffisance coronarienne était cette année là l'un des marronniers de la presse, et mon père se trouvait, selon les critères du jour, dans la population prétendument à risques. Ma mère qui se laissait aller, plus souvent qu'à son tour, à lire (aussi) Sélection du Readers Digest y apprit cette semaine de printemps qu'un cardinal en poste au Vatican avait été sauvé d'un (très probablement hypothétique !) infarctus en s'enfilant cul-sec et sur les conseils de son cardiologue, le contenu d'une bouteille entière de whisky ! Ce qui était bon pour un monsignor à dose massive ne pouvait pas être, par prises régulières et modérées, mauvais pour le catho de base. Mon père, comme tout un chacun l'eût fait en pareilles circonstances, fit confiance à sa femme, à la science, prit goût à la potion et ce avec la triple bénédiction, conjugale, de l' Eglise et de l' Académie (romaine) de Médecine...C'est ainsi que dans la foulée, je fus autorisé, à titre préventif en cas d'hérédité, à partir en vacances avec deux fiasques de Black & White présentées dans un fort élégant coffret promotion dont j'avais vu la pub dans "Lui", le magazine de l' Homme moderne...
.

La question du jour

Pourquoi écrit-on
"MAISON à VENDRE"
et non, alors qu'elle l'est tout autant,
"MAISON à ACHETER" ?
.

05 avril, 2008

Max Mosley se conduit mal !

Moi, ce que je reproche à Max Mosley, c'est pas sa vie privée, de se faire des trips dungeon-spanking-bdsm avec des putes consentantes et (j'espère !) sûrement dispendieuses en se déguisant à tour de rôle en prisonniers et en nazis, (les vrais nazis, que son propre père estimait, baisaient bourgeoisement leurs régulières dans la position du missionnaire pour leur faire, à son image, de blonds et fort aryens enfants, avant que d'aller torturer pour de vrai...), car les fantasmes assouvis de Mosley ne sont sans doute rien à coté de ceux tenus secrets des merdeux folliculaires qui les relatent aujourd'hui et pour en faire commerce... Ce que je lui reproche c'est sa vie publique bien plus scandaleuse qui consiste à être président d'une fédération d'abrutis qui passent leur temps à faire l'apologie de la vitesse automobile et de ses corollaires, la pollution, la surconsommation inutile de pétrole, les morts sur les routes de pauvres cons qui se prennent un temps pour Schumacher avant de se vautrer comme Senna ...


.

04 avril, 2008

Jeux Olympiques, Olympic et colégram !

Vous avez vu ? Les sportifs français sous la houlette du gros Douillet devaient manifester lors du passage de la flamme olympique leur solidarité avec le Tibet... C'était tenu secret ! Subversion énorme ! Courage y afférent ! Bref du grand, du beau, du solidaire ! On nous faisait presque du teasing. Quel va être le slogan qui va titiller "Usine Tao" le grand timonier néo-libéral-fasciste ? On imagine un tas de trucs, malins, théâtraux, rusés, efficaces...
Et puis, ça y est on sait !
Les 80 sportifs français qui vont se relayer chacun sur trois cents mètres (bel exploit) pour porter le cornet à butane vont arborer un superbe badge (c'est pas bien lourd un badge) sur lequel sera inscrit (en français, même pas en chinois, ce qui entre nous ne changerait pas grand'chose ...) ce brûlot insoutenable pour tout tyran digne de ce nom : "Pour un monde meilleur" . Alors là , France, CIO, Sportifs de mes deux, gougnafiers en tous genres, Bravo ! Avec un tel slogan, c'est certain, le monde va basculer et la Chine aussitôt se démocratiser sous la pression du discours... et ceux qui l'ont porté revendiquer à court terme, la reconnaissance de leurs pairs Mais enfin ! "Pour un monde meilleur", ce n'est pas vraiment loin du "Meilleur des Mondes"du regretté Huxley... et comme vous, je ne crois pas à l'innocence de la parole...

Bon ! Cela dit, vous savez pourquoi c'est un badge qu'ils portent, les misérables ? Parce qu'on ne trouve plus personne pour fabriquer des Pin's...
.

03 avril, 2008

L'Égalité par le pesticide

Bon, amis pochetrons, grands consommateurs, riches ou pauvres, de jajas en tous genres, sachez que nous sommes tous égaux ! Une enquête visiblement sérieuse fait apparaître que le pampre de notre vigne est définitivement pourri de pesticides... Que vous buviez du Vieux Papes ou du Château Cheval Blanc, Postillon ou Romanée-Conti, Côtes de Bidule ou Domaine Mords-moi-le-Noeud, vous êtes - nous sommes - soumis à un taux de saloperies allant jusqu'à mille fois (à vérifier quand même !) ce que l'eau se voit par contrôle interdire, et ce, que vous buviez du vin français, italien, espagnol, californien ou australien... (quid du grec, de l'allemand, du nord-africain, du turc non cités ?). Avec 3% de surface cultivée, le vignoble hexagonal consommerait à lui seul 20% des pesticides utilisés en France toutes cultures confondues...
Voilà, Santé ! Tchin-tchin ! Prosit ! Le-Haïm ! Salud y prosperidad ! Cheers ! Skoll et Campaï ! etc... avec modération ! Ils vous le disent !
.

OTAN, reprends ton vol !

Et bien voilà, ça y est. La France réintègre l'OTAN...
Pauvre de Gaulle qui engendra Pompidou qui engendra Giscard qui engendra... je vais pas vous faire la succession façon Bible de ceux qui d'une manière ou d'une autre respectèrent l'héritage dans ce qu'il avait d'excellent !
Pauvre de Gaulle qui n'eut jamais l'idée, la plus triste intuition de ce qu'un jour, d'héritier en héritier, le plus lamentable de ses successeurs foutrait un coup de pied dans sa tombe comme dans une vulgaire taupinière...
.

02 avril, 2008

HALDE là !

"La cour d'appel de Versailles a reconnu ce mercredi l'entreprise Renault coupable de discrimination raciale à l'encontre de deux ex-salariés qui estimaient avoir eu des carrières moins intéressantes que leurs collègues blancs à cause de leur origine.
A quoi a été condamné Renault?
L'entreprise doit verser à Lucien Breleur, employé comme électricien automobile de 1971 à 2003, 80.000 euros de dommages et intérêts et 8.000 euros au titre du préjudice moral, en réparation du blocage de carrière et du maintien de sa rémunération à un niveau inférieur à ce qu'il aurait dû être.
Le constructeur a également été condamné à verser à Daniel Kotor, ouvrier spécialisé puis agent administratif de 1983 à 2004, 60.000 euros de dommages et intérêts et 8.000 euros au titre du préjudice moral."

Mais ce qu'on ne dit pas et qui est assez marrant dans l'histoire, c'est que ces deux employés revanchards et opiniâtres ont fait une bonne partie de leur "carrière" sous Louis Schweitzer qui passa chez Renault par des postes divers de 1986 à 2005 jusqu'à celui de PDG. Désormais Président de la H.A.L.D.E., Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité, il intervient tous les jours et, frais comme un gardon de la morale anti-discriminatoire luttant contre ce genre de problèmes et d'injustices, tire les oreilles de tous ceux qui s'en rendent responsables ... Je sais, on ne peut pas avoir l'oeil à tout, quand on est PDG de multinationale... mais tout de même ça fait désordre, un peu, non ? Surtout quand on devient, une fois sonnée la retraite, une sorte de Père la Morale, parangon du socialement correct ? Ça ferait bien rigoler son défunt cousin Sartre...
.

Des ânes encore !

J'aime les ânes. Les plus beaux ânes du monde, sans contestation possible ni chauvinisme aucun, sont les ânes du Poitou. Ils sont gigantesques, bruns roux, et recouverts d'une toison de mammouth, opulente, bouclée par plaques à faire rêver par leurs dreadlocks naturels, tous les rastas du monde (si vous êtes à Paris, il y en a quelques uns, superbes, au zoo du Jardin des Plantes). D'ailleurs, on ne les appelle pas banalement des ânes, mais des baudets, ah non mais ! Les plus extraordinaires sont ceux de Mirebeau, au nord-ouest de Poitiers. Vous savez comment on nommait les gigolos sous la Régence, période de débauche et de connaisseuses ? Les mirebalais (cf "Que la fête commence !" l'admirable film de Tavernier) c'est vous dire ! Ce qui fait que Mirebeau n'ayant pas eu, comme Loudun sa voisine, son Foulques Nerra, ses prêtres convaincus de sorcellerie et ses expertes en bouillon d'onze heures, ne doit sa réputation qu'à cet animal quasi mythique pour sa beauté, sa force, sa vaillance et pour ses attributs.

Mon grand-père racontait cette histoire. Ça se passe dans les premières décennies du siècle dernier. De jeunes citadins dans une superbe automobile s'arrêtent à l'entrée de Mirebeau et avisant une brave femme qu'ils imaginent un peu rustique lui demandent :
- Dites-moi, ma bonne, c'est bien ici Mirebeau, le pays des ânes ?
- Oh, mon bon Monsieur, oui ! mais vous savez, il en passe plus qu'il en reste !
.

De Malodor en Mosquito, le progrès !

J'aurais entendu ça hier, j'aurais cru à un canular ! Vous le savez, on n'arrête pas le progrès. On avait, il y a quelques mois, répandu près d'un centre commercial un produit puant pour dissuader les SDF d'y vivre. Une PME qui fabrique des trucs genre sirène auto-défense vient d'inventer la boite anti-jeune. Je vous explique. L' Homme est sensible à un spectre élargi des fréquences aiguës aux graves mais cette perception évolue assez rapidement avec l'âge Cet ainsi que vers dix-sept, dix huit ans, contrairement à votre chien, vous avez déjà perdu la plus grande part de cette sensibilité aux ultrasons à laquelle vous réagissiez encore quelques mois auparavant... O marâtre nature !
Cette particularité psycho-sensorielle n'a pas échappé aux ingénieurs en saloperies diverses de cette entreprise qui fait désormais commerce du bidule suivant. Un émetteur à ultra-sons, d'une valeur de nuisance équivalente à 95 db (soit le Concorde au décollage, quand il décollait encore) et que seuls les moins de dix-sept ans peuvent entendre... Vous installez ça dans votre hall d'entrée d'immeuble, mais contrairement au Malodor qui empestait tout le monde, là c'est sélectif, c'est "finement" anti-générationnel, anti-jeune et disperse dans les minutes qui suivent la racaille pré ou post-pubère qui encombre, le soir venu, vos escaliers en faux marbre ou en vrai béton, juste entre les deux portes, devant les boîtes aux lettres.

Bon, à quand le boîtier anti-cons ?
.

Site counter

Archives du blog