30 septembre, 2008

Monter La Garde

Dès cinq heures ce matin ils ont veillé, à peine éveillés, sur la pérennité du système bancaire européen... Heureusement qu'ils la montent ! Qui ? Quoi ? Ben, La Garde, voyons !
.

NASA, lune et Land Rover

A la radio on fête aujourd'hui deux évènements : les 50 ans de la NASA et les 60 ans de Land Rover... Il en ressort donc que l'invasion planétaire du 4X4 par le Beauf à été programmée dix ans avant la conquête de la lune par l'Homme...

Photo par Gilgamesh d'Uruk

Mobilier scolaire et autorité

Vous avez vu, cette institutrice qui s'est fait cogner par un élève de onze ans ? Vous savez, maintenant, les enfants gagnent en taille au point qu'ils ont du mal à se loger dans le mobilier scolaire qui date. Bon, faut dire que le gamin en question, il est en Cm1, à onze ans, c'est pas une flèche on est d'accord, c'est normal qu'il soit à l'étroit. Doit-il pour autant cogner son instit ? Ah, c'est vrai, il est "en souffrance" ! des psy le suivent ! Ok-bravo, ils feraient mieux de le précéder, le morveux, avant que ça se gâte car le résultat est féroce. Est-ce une raison pour le laisser abuser de sa force, le petit con ? C'est un pré-ado ? Non ! c'est un pré-fasciste qui ne connaît déjà que le rapport de force quand il lui est favorable. J'exagère ? ben tiens ! il exagère pas lui ?
J'aurais été l'institutrice, je lui aurais balancé en douce un coup de genou dans les joyeuses, au petit macho qui dérouille les bonnes femmes. Je suis sûr que, contrairement à la fessée, à la paire de gifles ou au coup de poing, c'est pas inventorié, ça, à l'Éducation Nationale, le coup de genou dans les couilles des branleurs prépubères...
.

29 septembre, 2008

Rituels canins et autres

Il y avait comme ça des rituels. Le chien, par exemple. Il s'appelait Pinceau parce qu'il avait une queue si courte... C'était un chien extraordinaire comme tous les chiens dont les gens parlent. Un mélange subtil de tous les gènes possibles qu'un chien put réunir dans son petit patrimoine. De toute façon, avez-vous déjà entendu quelqu'un vous dire :"Mon chien est idiot, méchant et il pue " ? Jamais de la vie ! Les gens sont beaucoup plus diserts dès qu'il s'agit de leurs semblables et surtout de leurs proches. "Mon mari est un beau salaud, il tire même pas la chasse quand il va aux chiottes". "Ma femme est une morue qui se laisse aller, c'est une pitié, un apostolat !". "Mes enfants sont des cons, égoïstes, j'ai pas intérêt à compter sur eux"...etc...etc. Mais le chien qu'on aime, il a tous les talents, toutes les vertus, voire plus ! Le chat aussi, honnêtement. Bref, Pinceau avait pour territoire la ville entière et ses faubourgs qu'il arpentait nuitamment. C'était un hyperactif dont je ne me souviens pas de l'avoir vu dormir. Le matin quand il nous arrivait d'aller à l'école à pied, il nous suivait, fidèle, un peu trop fidèle, même ces matins d'hiver quand il fait encore nuit, jusque dans la cour de récréation si nous n'agissions pas suffisamment en amont. La parade consistait, si nous passions devant chez elle, à entrer avec lui dans le couloir de la maison de la grand-mère Valentine et d'en ressortir rapidement en l'enfermant à l'intérieur. Si personne ne lui ouvrait la porte, on avait le temps d'arriver à l'école avant lui. Si nous ne passions pas par chez la grand mère, les itinéraires étant multiples, nous l'enfermions (il n'y avait pas de digicodes à l'époque, souvent même, pas de serrures...) dans l'entrée de n'importe quelle maison amie ou non, qu'il empestait quand même un peu de ses corporelles effluves, ayant l'habitude de se rouler dans les charognes qu'il enterrait avant de les remettre à jour.... Il était connu, même des flics (nous en comptions parmi nos amis) qui nous le ramenaient tel un enfant fugueur en panier à salade. Nous le retrouvions aussi parfois au sortir de l'école, c'était moins gênant. Je passais tous les soirs, second rituel, chez Valentine où m'attendait, qu'il pleuve qu'il vente ou par beau temps, mon "Petit Carré Gervais" et (comment se débrouillait-elle, l'admirable qu'on devait n'aimer qu'en cachette ?) du pain frais à cinq heures de l'après midi. Pinceau m'attendait en bas dans le couloir. Je lui lançais un petit bout de sucre qu'il attrapait au vol, sans jamais le manquer.

Sans doute est-ce pour ça que j'aime toujours les chiens et le fromage blanc...
.

Gonflants

Bon, ça commence à suffir...
Entre Lagarde qui continue de nier tout en bloc et Fillon dont on apprend que son avion a failli se planter ce matin, je m'énerve. Fillon prend donc l' avion pour se rendre à ... Angers... Mais y a pas de trains qui vont de Paris à Angers ? ou la ligne a été supprimée pour non-rentabilité ?
Vous trouvez pas qu'ils exagèrent ?
.

28 septembre, 2008

Grand Prix de Singapour-quoi-faire ?

J'ai racheté une bagnole. Une vieille, c'est moins cher. Mais c'est vrai qu'elle est un peu plus polluante qu'une neuve, encore que ça resterait paraît-il à prouver. Quoi qu'il en soit j'avais un peu honte de re-participer au réchauffement. Et ben depuis cet aprèm, c'est sans doute un peu con de ma part mais je me sens un peu moins gêné. A Singapour, il y a un " Grand Prix Automobile". C'est un peu comme un hippodrome mais les bourrins au lieu d'être une dizaine se comptent par milliers... Et c'est pas de la luzerne qu'ils consomment... Bref pendant deux heures une bande d'abrutis ont, comme toujours pendant ces amusements, roulé à fond la caisse pour montrer qu'ils avaient la plus grosse.

Mais en plus cette année, on a innové au rayon folie-gaspillage. Comme il fallait pour des questions d'heure d'écoute donc de pub donc de fric, faire en sorte que le plus de monde possible puisse assister au bidule, ils ont pour la première fois décidé de faire courir de nuit... Et ils ont éclairé le circuit... Plus de kwatt au cm2 qu'un terrain de foot un soir de nocturne, sur plusieurs kilomètres... que ça devait se voir de la lune, cette plaisanterie... Ah ! Mais ! Môssieur le Jamais-Content-Dénigreur, c'est grâce à ces grand prix qu'on met au point les véhicules économiques ! Et ta soeur ?

Alors, depuis tout à l'heure, je n'ai plus honte de prendre ma belle 4L blanche (j'aime les 4L blanches) pour aller chez Lidel, Aldi et Leader Price faire le plein de mangeaille, ou pour conduire Oscar le Chien faire ses crottes dans la forêt magique qui sent si bon et des trucs inconnus et tellement bizarres qu'il en revient tout tourneboulé !
.

Sistah Sego goes preachin'

Vous savez que je l'aime bien, Ségolène. Je trouve, même si je l'aime bien, qu'elle y va néanmoins un peu fort. Voila-t-y pas qu'elle-même ou ses conseiller(e)s me l'ont transformée en prédicatrice baptiste américaine. Faut dire que dans le rôle elle est assez crédible façon Billy Graham d'aujourd'hui en jupon. "Fraternity !" oh pardon ! "Fraternité !" qu'elle entonne, fait reprendre à ses ouailles, en accélérant comme la locomotive entraîne son convoi, little by little, oh pardon, encore... sorry ! C'est superbe, ça marche... It works !... Damned, Sistah Sego ! You're turning me on !
.

26 septembre, 2008

Manège

Aux Tuileries

Manège

Sur le manège tu ris et tu me dis “je t’aime”.
Et quand bien à d’autres, même,
Ces “je t’aime” tu les dis...

Tourne, manège, oui, tourne toujours
Car tu sais, un manège
C’est un peu l’ Amour qui tourne.

Sur le manège, je serre ta taille et je murmure
Des mots doux, je me rassure
Car tu regardes alentour.

Tourne, manège, oui, tourne toujours
Car tu sais, un manège
C’est un peu l’ Amour qui tourne.

Sur le manège je rêve et je me dis que même
Si tu mens, tant pis, je t’aime
Encore au moins pour un tour...

Tourne, manège, oui, tourne toujours
Car tu sais, un manège
C’est un peu l’ Amour qui tourne.
.

Célafôtalacrize !

La croissance à 1%
célafôtalacrize !
Le chômage qui regagne
célafôtalacrize !
Les impôts qui reviennent
célafôtalacrize !
Les trains qui sont en retard
célafôtalacrize !
Les métros qui font grève
célafôtalacrize !
Mon chien qui a la colique
célafôtalacrize !
La bouffe qui augmente
célafôtalacrize !
Et le pétrole aussi
célafôtalacrize !
Mon steack qui est trop cuit
célafôtalacrize !
J'ai, oublié mes clés
célafôtalacrize !
Ma banque a fait faillite
célafôtalacrize !
Ma femme qu'a la migraine
célafôtalacrize !
Les angoisses des pauvres
célafôtalacrize !
Les précautions des riches
célafôtalacrize !
Tous ces patrons voyous
célafôtalacrize !
Politiciens complices,
célafôtalacrize !
On ne peut rien y faire
célafôtalacrize !

MON CUL ! comme disait ZAZIE

Médoukipudonktansarko?
Ducervo !



merci môssieur Queneault !
.

Banqueroute, bankruptcy (in english !)

On dit que l'Histoire ne se répète pas...
Allez donc faire un tour sur le site suivant :

http://lewebpedagogique.com/histoire/chronique-n%C2%B037-1720-la-banqueroute-de-law/?akst_action=share-this

On y trouve tout : montages financiers, regroupements, endettement favorisé, rachats de créances, garantie par l'Etat des déficits...
On croirait lire un reportage d'aujourd'hui...
Non c'est l'Histoire de John Law.
.

25 septembre, 2008

Mémoire

Je prétends n'avoir pas de mémoire. Je suis incapable de réciter un poème. Incapable d'apprendre un texte. Je ne puis en revanche jouer du piano que par coeur, tant je suis mauvais lecteur. La mémoire est une chose curieuse. En effet, pourquoi, à titre d'exemples en vrac et sans raison, sais-je que la bataille de Bouvines eut lieu en 1214 ? Celle d' Azincourt en 1415 (c'est plus facile c'est cent ans avant Marignan...) Pourquoi sais-je que Chagall est né en 1887 à Vitebsk ? A quoi cela me sert-il, puisque Chagall est au purgatoire et que ce n'est même pas une question du Trivial Poursuite. Pourquoi ai-je en mémoire le nom de l'inventeur du fil de fer barbelé... je crois en revanche que c'en est une... (John Glidden )... Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de réponses à des questions inutiles qui encombre mon cerveau et qu'on ne me pose donc jamais. Ce n'est pas grave puisque même, ce faisant, je dois utiliser à peine un dixième des possibilités de l'organe en question... Le cerveau ressemble à une éponge. J'en viens à me demander si le mien n'en est pas une...
.

Épitaphe de misanthrope

Je suis mort sans laisser de fils et regrettant
Que mon père avant moi n'en eût pas fait autant.

Anthologie Palatine, VII, 309, traduction Yourcenar
.

Sarkozy, la crise et l'aubaine

Quand j'étais gamin, sujet à de régulières crises de procrastination, je partais le matin pour l'école sans avoir, à force de repousser l'échéance, appris mes leçons, en rêvant que l'école avait brûlé pendant la nuit... Ça ne s'est bien sûr jamais produit... mais jusqu'à ce qu'on m'interroge, l'incendie n'ayant pas eu lieu, je rêvais encore à l'évacuation de ma classe avant la catastrophe annoncée : un zéro...

Sarkozy, c'est un peu ça. Oh, lui c'est pas la procrastination, pas son genre ! ce serait plutôt le contraire... à force de vouloir avoir fait ses devoirs à tout prix, il est mis face à son incompétence ; mais il n'empêche que son rêve est le même... Quelle est la catastrophe qui va repousser la découverte de sa nullité ? Et bien il l'a trouvé son incendie à lui, c'est la crise, la crise qui va, pense-t-il, faire oublier ses promesses et le dédouaner d'avoir mal ou pas fait ses devoirs après avoir juré qu'ils les ferait toujours...

Dans tous les cas, la catastrophe est une aubaine... mais moi je n'avais que dix ans...
.

24 septembre, 2008

F.B.I - Vatican, même combat !

Vous avez vu, vous avez lu ? Le F.B.I. c'est à dire le gouvernement américain va enquêter sur les banquiers voyous qui ont foutu le souk dans le système.
Le gouvernement américain faisant la chasse aux capitalistes c'est aussi rigolo que le Vatican traquant les curés pédophiles...
.

23 septembre, 2008

La démocratie en question

Question de philo pour baccalauréat à venir :
Que vaut-il mieux avoir à la tête de l' État ?
Un imposteur légal
ou
Un usurpateur génial
.

Industrie agro-alimentaire et surchage pondérale.

Un organisme de consommateurs a découvert que depuis quelques semaines, l'industrie agro-alimentaire plutôt que d'augmenter le prix de ses produits en diminue la quantité ou en change les recettes. Vous payez toujours votre paquet de gaufrettes 2 euros mais au lieu d'en avoir trente, il n'y en n'a plus que vingt-huit et là où il y avait du beurre de cacao, il y a moitié de graisse de rat et de corbeau de la communauté européenne...

Et bien vous ne devinerez jamais ce qu'ils ont dit pour expliquer ça. C'est tout simplement par civisme, pour ne pas participer à la surcharge pondérale des clients. Et vous savez pourquoi l'étiquetage est un peu à la traîne? L'Europe ! Môssieur ! L'Europe et ses directives, ses contraintes ! Ah ! la philanthropie est toujours mal comprise, freinée, tellement entravée que c'en est une pitié !
Je vous jure, je les ai entendus...
Vous allez voir bientôt que par pur altruisme, ils vont, pour notre santé, nous vendre des emballages vides en attendant le "Soleil Vert"...
.

Notre Président et la crise

Notre président qui est capable de causer de tout et de n'importe quoi dès qu'il s'agit de causer, est singulièrement silencieux dès qu'il s'agit de causer de " LA CRISE" . Pas un mot ! Il paraît, disent certains même parmi ses proches, que l'économie c'est pas vraiment sa matière favorite et que même quand il était " à Bercy" ça se voyait... Bon, ça c'est pas grave, il semblerait que ses prédécesseurs n'étaient pas plus brillants. Mais eux, ils savaient s'entourer, ce qui ne semble pas être le cas de notre président qui est visiblement plus étayé par des "communicateurs" que par des économistes dont le discours souvent gène ces "communicateurs" dans leur travail de mystification...
C'est la première fois qu'il est coincé par son arme favorite et le soudain déficit de celle-ci, la parole.
Putain, il est nul ! Mais qu'est-ce que les gens qui ont voté pour lui se sont avoir sur toute la ligne !
C'est la première fois qu'un imposteur se fait élire le plus légalement du monde avec un tel pourcentage de votes favorables.
.

Bien mal acquis

Je vais vous raconter une histoire morale et vraie ! C'était il y a bien longtemps. Je faisais de la moto, enfin je profitais allègrement de la 650 BMW de mon frère qui était très préteur. C'était l'été pendant les vacances et je portais ce jour là un blouson en nylon bleu orné sur la poitrine de deux poches jaunes du plus bel effet, fermées par un bouton pression.
Ma mère me demande d'aller acheter je ne sais quoi au Prisunic du coin. J'y vais aussitôt et la caissière en me rendant la monnaie se goure et me donne un billet de dix francs de trop. Je m'en aperçois en arrivant à la maison et pas mécontent de l'aubaine, je raconte ça à ma mère qui m'intime l'ordre d'aller le rendre... A l'époque, dix balles, ça vous fait un bon plein d'essence (et oui....). Je mets le billet dans la poche avant gauche de mon blouson que je ferme soigneusement. Et au lieu, comme l'eût fait tout bon et honnête garçon, d'obéir à ma maman, je pars me tirer une bourre sur la Nationale Dix. Il y a (vous le savez sans doute !) une longue ligne droite entre Jaunay-Clan et la Tricherie. Il fait beau, ça sent bon le bitume chaud et le foin coupé et je dois friser les cent soixante, à l'époque c'est pas limité. C'est alors que d'un seul coup, sous l'emprise de l'air, le bouton pression saute, la poche gauche de mon blouson s'ouvre, et je vois me passer sous le nez le bifton de dix balles plié en deux et qui s'envole... Pas la peine de freiner et de faire demi tour...

Voilà ! Vous comprenez pourquoi parfois quand on a dix-huit ans et le nez au vent, on peut, face à une telle expérience, avoir des doutes et se poser des questions sur le sens de la vie, la justice immanente, l'existence de Dieu et le toutim ? Non ?
.

22 septembre, 2008

Hasard et coïncidence

Je me souviens qu'un jour à Granville (Manche, chef lieu de canton et patrie de Christian Dior) juste devant la quincaillerie de Monsieur Couillard (j'ai vérifié, la "Maison" existe toujours !), Monsieur Connard, plombier, avait garé, un instant historique, sa 2 CV fourgonnette grise. Ç'aurait pu être devant la boutique du très aptonymique Mr. Crésil, droguiste je ne me souviens plus exactement où du côté de Saint ...
.

Coup de génie !

On lui avait pourtant dit, à Loulou, qu'il fallait pas prendre de photos n'importe où et surtout pas en approchant la frontière. D'autant plus que c'était pas la frontière belge. C'était coté bulgare entre la Bulgarie et la Grèce en 1972, entre le communisme inoxydable (celui du fameux parapluie) et le fascisme renaissant. Même qu'il y en avait partout, des pictogrammes : un appareil photo barré dans un cercle comme un sens interdit, on pouvait pas être plus clair...

Faut dire que c'était tentant tous ces panneaux figurant, entre Marx et Lénine, le sinistre Jivkov et quelques gloires bulgares nationales et même locales. Non seulement c'était gigantesque mais c'était aussi coloré, bigarré comme rien d'autre dans ce pays d'un gris sinistre et uniforme. Alors il a craqué et par le toit ouvrant de la 403 qui roulait, comme un périscope sortant d'un sous-marin, il a pointé le buste, la tête et son Minolta tout neuf et il a mitraillé le décor. Pendant combien de temps ? Un quart d'heure, vingt minutes ? Vous rigolez ! Il ne s'est pas passé trois minutes que des voitures militaires sorties d'on ne sait où nous ont entourés, serrés, cernés, sirènes et gyrophares en folie, contraints à l'arrêt... Sur le coup on a trouvé ça rigolo, même les mitraillettes braquées sur nous, et l'invitation à lever les bras bien haut. Croyant à notre immunité de petits occidentaux au pays des soviets... Trois jours qu'ils nous ont gardés dans un hôtel d'État pas cher, très propre et qui sentait le crésil, après fouilles, contrôles, refouilles et recontrôles... Un avocat est arrivé de la ville voisine sans qu'on l'ait convoqué qui parlait un français impeccable. Il voulait qu'on lui donne un peu de sous pour qu'il prévienne le consulat... Il a bien vu, Dieu sait comment, il connaissait la France, qu'on était pas riches... Une demi-cartouche de gauloises-filtres lui a suffi. Il nous a quand même dit avant de disparaître qu'on risquait trois ans pour espionnage... On a cessé d'un seul coup de se marrer.

C'est alors que le troisième jour, après une bonne vingtaine de parties compulsives de canasta anxiolithique, vers les onze heures du mat' à l'issue d'un ultime mais toujours courtois interrogatoire en anglais sommaire, il a eu un coup de génie... Sous nos yeux incrédules il a pris son Minolta, Loulou, il l'a ouvert, a débobiné la pellicule qu'il contenait, la leur a montrée déroulée sur toute la longueur, devant la lumière blafarde d'un plafonnier allumé sans raison en plein jour puis, pour river le clou, au soleil devant la fenêtre, en leur disant : "Vous voyez bien qu'il n'y a rien dessus !". Même en français ils l'ont compris... Une heure après on passait la frontière, de chez les cocos direct chez les fafs, comme "bon débarras !"... On n'a jamais su si on les avait bernés ou si, lassés de voir nos trombines sérieusement emmerdées de gosses de capitalistes (on avait vingt ans, des bagnoles, pas neuves certes mais quand même, de la thune et surtout des passeports pour voyager), ils avaient décidé d'arrêter de se foutre de notre gueule et de nous laisser partir...

Je pense à ça ce soir, car Louis-François, Loulou, est mort il y a un an et quelques jours... Un jour je vous raconterai une autre histoire que, par ses bons soins encore, nous vécûmes ensemble...
.

Nos morts en Afghanistan : Rapport ou compte-rendu ?

Après le brûlot largué par la presse canadienne à propos du possible manque de munitions de nos soldats en Afghanistan, notre ministre de la défense répond. "Il n'y a pas eu de rapport, mais un compte-rendu "dit-il sûr de lui, en insistant bien, comme s'il éteignait le début d'incendie. C'est vrai que la différence est importante pour les disparus et les leurs...

Le problème, c'est que si un rapport émane généralement d'un organisme indépendant, étranger à la structure qui en fait objet, le résultat d'une enquête en quelques sortes, le compte-rendu est un document interne à la dite structure, un témoignage, c'est à dire difficilement contestable.

Il confond sans doute, avec la vieille expression militaro - administrative : "J'vais vous coller un rapport, mon ami, rompez !"

Ah ! le pouvoir des mots quand on en ignore certaines subtilités... On finit par dire le contraire de ce qu'on voudrait...
.

21 septembre, 2008

Histoires d'Amour

Ils s'étaient mariés par amour. Ils avaient fait un gamin. Il marchait à peine, le môme, que son père avait commencé à avoir des doutes, car la maman avait des absences. Oh, pas des trous de mémoires, non, des blancs dans son emploi du temps. C'est pas qu'il était jaloux, mais y avait de bonnes gens qui le taquinaient un peu. Ils habitaient une petite ville, un peu plus qu'un village, pas très loin d'une ville plus grande. Un de ces endroits où l'on finit toujours par apprendre même ce qu'on ne veut pas vraiment savoir... Elle le lui laissait de plus en plus souvent, le marmot, car elle devait aller en ville. Elle y travaillait, mais souvent elle rentrait tard, trop tard. Un jour il l'a suivie. C'était il y a longtemps. Il les a vu entrer dans l'un de ces hôtels où l'on n'était pas très regardant ni sur l'identité et l'état matrimonial des clients, ni sur la propreté des draps. Il a laissé le gamin dans la voiture, dans la rue, il faisait jour, lui disant qu'il revenait tout de suite. Il avait avec lui un flingue rapporté d'Algérie avec quelques souvenirs dont on ne se remet pas. Quand il a frappé à la porte de la chambre adultère, ils n'ont pas répondu ; il a voulu l'ouvrir, elle était fermée à clé ... Alors comme au cinéma, comme Gabin-Belmondo, il a tiré dans la serrure. Quand il a poussé la porte, elle était dans le lit, juste devant, dans la ligne de mire, morte. L'amant on ne sait pas, on s'en fout. Il fut jugé, crime passionnel, fit un peu de taule et fut condamné à verser une pension au gamin qu'on lui enleva et qu'il ne revit qu'il y a deux ou trois ans, bientôt quarantenaire et pas rancunier.

Une fois sorti de centrale, incapable de rester seul, il a, après de nombreuses années d'aventures sans lendemain, rencontré une semi-pute qui était en ménage avec un lascar qui cognait le fils qu'elle avait de lui, encore que c'était pas vraiment sûr qu'il en fut le père. Oh, elle le tapait bien un peu aussi, sans états d' âme, lui chauffant parfois le bras, le dos, du bout de sa cigarette, histoire de lui apprendre. Il a embarqué le tout, la mère et le fils. L'autre n'a pas moufté... Manque d'honneur ? pas de couilles ? Mais non, trop content de se débarrasser du lot, de deux bouches à nourrir. Ç'aurait du l'alerter, un aussi facile transfert de compétences... C'est ça qu'il a mis du temps à comprendre. Le temps de lui coller un autre chiard.

Aujourd'hui il est en retraite, il a 70 ans passés, il est en pleine forme et continue de bosser. Son deuxième fils lui a fait des tours pendables, le faisant se porter garant de ses emprunts c'est à dire de ses dettes ... Mais à vingt cinq ans passés c'est toujours le chouchou de sa maman. La maman, elle, elle fout rien de la journée et mate la télé toute la nuit dans un fauteuil, en robe de chambre, le cendrier débordant sur les genoux. A part cloper comme une damnée, répandre mégots, ragots et saloperies pour faire se brouiller la terre entière, elle tente d' arrondir des fins de mois qu'elle n'a pas, en tentant de reprendre à temps très partiel car sans grands succès ses activités antérieures. Elle fait même pas la bouffe, ni le ménage, juste les courses pour se payer ses cigarettes et son café au bar du coin sur l'argent qu'il lui donne pour les faire. Au bout du compte, seul son beau-fils, qu'il a élevé comme le sien l'aime vraiment et le respecte.

La première, s'il l'avait pas tuée, comme la Pomponette, il lui aurait pardonné, l'aurait reprise avec lui car il l'aimait... C'est ce qu'il dit et c'est sans doute vrai. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'à la seconde il ne pardonne rien, et comme il l'a, elle aussi, épousée, il est coincé, car, bien vivante, elle a pas la moindre envie de se tirer... la virer, il en a pas le droit...

Récidiviste ? vous avez dit récidiviste ? De temps en temps, il en parle. On le dissuade. On est raisonnables, nous !
.

Rajeunir à tous prix

On cause dans le poste de l'âge, de la vieillesse, des méthodes et pratiques diverses de rajeunissement. Rajeunir à tous prix ! Une philosophe, une chirurgienne en discutent...
Mais personne n'énonce ce souverain truisme : " plus on rajeunira et plus on aura de temps pour penser à la mort, inéluctable, qu'on attend en s'occupant d'une manière ou d'une autre..." Alors, tout bien pesé... ce sera toujours reculer pour mieux sauter...

C'était le seconde mensuelle de philosophie.
.

Peau de balle et manque de pot ou Pas de pot par manque de balles ?

Je sais, y a pas de quoi rire du drame, je n'en ai pas la moindre envie. On peut en revanche se moquer un peu de la situation dans laquelle se retrouve depuis ce matin, nos armées et leur chef qui envoient nos petits soldats prolétaires se faire descendre contre une bonne somme d'argent en Afghanistan en prétendant leur offrir toutes les garanties possibles.

On apprend ce matin d'une fuite de l'Otan, relayée par la presse canadienne (il ne s'agit pas ici de l'odieuse presse française anti-sarkozyste...) que nos soldats envoyés en mission et dont dix ne sont pas revenus vivants, manquaient de munitions et qu'ils ont du arrêter de se battre... d'où l'issu tragique.

Si c'est vrai, les parents des garçons morts au combat qui ont été conviés à aller sur place voir les lieux et rencontrer les survivants ont-ils été informés de cette légère carence de l'"intendance" de notre armée ?
.

"Le Lagarde" sans peine

Moi, le Lagarde, parmi nos parlers politicards vernaculaires, me fascine particulièrement. Tenez, à l'instant à plusieurs reprises,
"elle note"
"elle s'inscrit, en vrai ou en faux", selon.
"elle observe"
"elle indique"
quoi donc ?
Mais rien ! justement. La valeur de la précaution oratoire est inversement proportionnelle à celle de ce qui la suit.
Je sais, c'est pas la seule, mais elle est de plus en plus emblématique de cette vacuité de la pensée politique et de l'énergie un peu vaine à vouloir la masquer, entre le pitoyable et le pathétique.

Et puis ce matin, elle nous gratifie de cette pure merveille :
"Le long terme est en train d'entrer dans le court terme".
Aïe ! aïe ! aïe !
.

20 septembre, 2008

EDVIGE, c'est chic ! Oui mais, CRISTINA, c'est quoi ?

Après que notre président eût laissé ses serviles ministres tenter sous sa férule un coup foireux liberticide, voilà-t-y pas que le coup foireux ayant foiré, il en rejette avec colère la faute sur ces collaborateurs malhabiles et, comme je l'avais prévu, apparaît sous les traits rayonnants du gardien de nos libertés... Le culot paye, c'est bien connu. Voila donc, si tant est que ce soit vrai dans les faits (j'ai de plus en plus de mal à croire ces gens-là, pas vous ?), le fichier EDVIGE vidé des rubriques qui fâchaient, réduit aux noms, prénoms, adresses numéros de téléphone des dangereux terroristes en puissance qui doivent l'alimenter. Un truc entre le défunt annuaire du téléphone, le Bottin mondain et le Who's who... Bon, vous êtes libre d'y croire et à la limite vous pourrez contrôler.

En revanche il y a l'autre fichier, celui dont on parle moins, CRISTINA dont on ne saura jamais rien car il est classé confidentiel défense...

Ce qui veut dire que probablement sur CRISTINA sont inscrits, entre autres :
- votre note de math à l'examen d'entrée en 6ème
- vos orientations en tous genres
- votre taux de cholestérol
- vos exploits au saut en hauteur
- toutes vos fréquentations de tous poils
- la fréquence de vos retraits en espèces
- votre agnosticisme notoire
- votre goût pour la fellation (passive, active)
- ou bien pour le cunilingus (actif, passif), c'est selon
- vos ascendants parkinsoniens
- votre ambitus
- votre tessiture
- vos croyances
- vos résistances
- votre anti-libéralisme malsain
- votre traçabilité GPS
- vos propensions syndicalistes
- vos aspirations monarchistes
- vos instincts imbécilocides
- votre anticléricalisme joyeux
- votre sympathie pour Siné
- l'adresse de vos amants
- celles de vos maîtresses
- ainsi que celles des leur(e)s
- leurs diplômes,
- vos goûts
- leurs fantasmes
- vos voyages en pays douteux
- vos écrits séditieux
- vos piercings et vos tatouages
- la latéralisation de votre asymétrie scrotale
- votre gauchisme congénital
- vos trajets en RER sur l'année
- voire sur plus
- le nombre de vos avortements,
- où en sont vos endettements
- l'état de votre denture
- celui de votre foie
- celui de vos poumons
- celui de votre voiture
- celui de votre ménopause
- celui de votre andropause
- votre addiction au viagra
- le fait que vous n'en prenez pas.
et surtout, surtout,
- votre antisarkozysme rampant
Sur une puce microscopique on peut, vous le savez, écrire 10 exemplaires de la Bible, du Coran, du Popol Vuh et du Livre des morts thibétains, alors votre pedigree, c'est pas un problème...

De là à croire que la mascarade organisée autour d' EDVIGE était destinée à occulter définitivement CRISTINA pour mieux assurer sa pérennité... Je vous laisse juges .
.

19 septembre, 2008

Rick Wright, le Pink Floyd et Xennakis

Je me souviens qu'à la grande époque du Pink Floyd, les compositeurs classiques français contemporains manifestaient à l'égard de ce groupe au succès grandissant un sentiment teinté d'amusement gentiment méprisant... Sauf un, Xennakis, qui leur reconnaissait sans démagogie (c'était pas son genre) non seulement un statut de confrères mais aussi un talent, un métier et un goût de la découverte tout à fait comparable à celui de ces musiciens très sérieux de L'IRCAM en gestation qui les considéraient un peu hâtivement comme de simples auteurs de variétoches améliorées...

Rappelons que Xannakis, fut parmi les compositeurs de cette génération sans doute le moins sectaire (d'ailleurs l'expression est injuste puisque, comme son maître Messiaen, ne "l'étant pas du tout", il ne pouvait pas "l'être moins"), avec bien sûr Berio, qui à la même époque arrangeait pour Cathy Berberian ses Beatles' arias, ses Folks Songs et écrivait aussi Laborintus II pour les voix irréprochables des Swingle Singers et celle remarquablement "intellectual latin lover" d' Eduardo Sanguineti, auteur, de surcroît, du texte mis en musique.

Jeux paralympiques et commerce ambiant

Les athlètes français médaillés aux jeux paralympiques de Pékin sont furieux. Juste un sous-ministre français sur place pour applaudir leurs exploits, quelques minutes de réception à l' Elysée à leur retour. Ils sont furieux et tristes et ils ont bien raison. Mais en même temps leur honnêteté profonde teintée de déception confine à la naïveté. Les jeux olympiques sont destinés à faire du fric en utilisant des corps intégraux magnifiés, pour la promotion de produits divers, maillots, skis, cosmétiques, accessoires de tous genres. Un athlète amputé, aveugle, infirme moteur ou cérébral, appareillé, vous n'imaginez tout de même pas que ça puisse faire vendre quoi que ce soit ... c'est pas glamour, un infirme ! et à part faire vendre des prothèses et des fauteuils roulants à des gens qui en ont déjà, leurs exploits n'ont, en termes de marché, aucune utilité... C'est pour ça, tout simplement qu'on les traite comme on le fait, car un cul-de-jatte, jamais, ne vendra de pompes Nike...

18 septembre, 2008

Catherine Millet, pour de vrai...

Entendu cet après-midi sur France Inter Catherine Millet venue vendre son nouveau bouquin "Jour de Souffrance". Et honnêtement, c'est la surprise. Elle ne manque ni de finesse ni d'humour et mieux encore, elle est touchante. Elle est de surcroît servie par l'une de ces voix très radiogéniques de vieilles dames indignes à la foufoune vaillante, en bandoulière... et pourtant surannée...
Elle est charmante et délicieuse.
Vous voyez bien que je fais pas rien que de me moquer ou de dire du mal de tout le monde tout le temps !
.

Décidément, ce Sarkozy, il est très fort !

Voila ce qui ce passe. On nous annonce des mesures taxatoires écolos à se frotter le cul sur la couche d'ozone. Je me fends d'une page pour en causer. J'écris, je me relis, je corrige, je remets sur le métier l'ouvrage, j'ajoute, je retranche et hop ! C'était bien la peine... Il annule tout ! Plus de taxe-assiette, plus de taxe-couteau-fourchette, plus de taxe-gobelet en plastic qui déverse sur votre pantalon blanc d'été un jaja incertain et tiède un jour de pique-nique... plus rien, nada, nichts, niente, nothing, nitchevo, klum !

Je vous jure, il voudrait me faire passer pour un con qu'il s'y prendrait pas mieux !
.

17 septembre, 2008

Taxe et démocratie

Après avoir, à peine installé, fait quelques milliards d'euros de cadeaux à ses amis riches, il s'est aperçu, car il est un peu léger, prodigue, volatile, c'est son coté charmant, badin... qu'il n'y avait plus de thunes dans le bastringue. Alors il s'est dit, on va prélever ! oh ! pas des impôts, il avait promis, non, des taxes ! pas des grosses ça se verrait trop, pensait-il, non, des petites taxes sur tout et n'importe quoi... Alors pourquoi pas sous prétexte d'écologie, tous les prétextes sont bons, une taxe sur les couverts de "pique-nique". Taxer les amateurs de cette Nature qu'on veut sauver et qui la fréquentent assidûment dès les beaux jours venus, avouez que c'est costaud, comme concept ! Moi je m'en fous, j'ai horreur des pique-niques et de la vaisselle en plastoc qui vous plie dans les mains dès que l'assiette est pleine, des verres qui tiennent pas debout, des couteaux, des fourchettes qui se tortillent au lieu de faire leur boulot. Je vous fais grâce des fourmis, des guêpes et des moustiques qui, après tout, sont chez eux... Pour moi, le pique-nique si l'on doit s'y plier, c'est; façon Glyndebourne; porcelaine, cristal, argenterie, malle d'osier, nappe et serviettes brodées...

Je lui suggère avant de taxer un jour l'air qu'on respire, de taxer les pets qu'à l'instar de tout mammifère nous émettons chez nous ou en plein air... On appellerait ça, par exemple, la "taxe chou-fleur" ou la "taxe haricot-blanc". On verra plus tard pour la "taxe-rot" dite "taxe-sodas en tous genres"...

Et puis pendant qu'on y est, pourquoi pas une taxe de solidarité sur les capotes pour financer la lutte contre le Sida... Vous baisez ? Raquez ! Vous ne voulez pas raquer, alors, et là c'est merveilleux car notre président catholique pratiquant bien que fort divorcé rejoint son ami Benoît Pape, sur le chemin de la très sainte et salvatrice idée d' "Abstinence" !

Avouez que nous vivons une époque épatante... Nous nous livrons, par un vote honnête, même pas truqué, pieds et poings liés à l'incompétence, la vulgarité, la sottise et la malhonnêteté les plus flagrantes. La démocratie, et oui ! mène, et le plus légalement du monde, à ce genre d'horreur et d'infamie...

Oui, j'avoue, il y a des jours où, devant ce qu'elle engendre, ma propension naturelle à la démocratie se délite, inexorablement...
.

Le Libéralisme est-il soluble dans l'incompétence ?

Le Libéralisme, ce système, mieux, ce mode de vie qu'on nous vante, non seulement comme le meilleur, mais comme le seul qui soit viable, générateur de richesses, exhausteur de niveau de vie, le Libéralisme vient de montrer ce qu'il est réellement : pas même une escroquerie (il l'est un peu, quand même..) mais une vaste couillonnade imprévisible, incontrôlable comme le balai de l'Apprenti Sorcier de Goethe et qui génère elle-même l'incompétence de ceux qui en font profession... Ils sont nuls : ils font faillite ! C'est pas la preuve ? et non seulement ils font faillite, même les plus forts, les américains, mais ils se font racheter par l'État, c'est à dire au bout du compte par tous ceux qu'ils ont arnaqués avant de les ruiner... Et l'on vilipende Mafias et Mafieux... C'est pas sérieux...

Madame Lagarde qui a fait partie de ces brillants sujets avant de céder aux sirènes de la politique au service du Libéralisme dont elle était et reste l'un des plus brillants promoteurs, feint , car elle est aussi incompétente en tant que ministre qu'elle l'eût été dans ces périodes troublées, en tant que Pdgère, de ne point entendre d'autres sirènes bien plus tonitruantes pourtant, celles qui annoncent des retombées en France des catastrophes américaines... Mais pour elle, comme le nuage de Tchernobyl, la banqueroute américaine, c'est évident, contournera la France...
Moi je vais vous dire, Madame Lagarde, elle est fendarde...
.

16 septembre, 2008

Drôle de coincidence...




La Feldherrnhalle sur l' Odeonsplatz de Munich est la réplique exacte de la Loge des Lanzi de Florence. La Feldherrnhalle est aussi, elle n'y est pour rien ! l'un des lieux fondateurs du nazisme. Mais curieusement, dans "Loggia dei Lanzi" on peut lire par anagramme "Loggia del Nazi...

Si j'étais Dan Brown, auteur du Da Vinci Code je m'intéresserais à la question, vite fait... De Cellini à Arno Brecker ou à
Fritz Klimsch y a de quoi gamberger, non ?
.

Geoff Walden, photo-archéologue du nazisme.

Geoff Walden est un drôle de type. Il poursuit un extraordinaire travail de mémoire sur le nazisme en comparant les photos anciennes prises (pour la plupart) par son père, soldat américain qui combattit en Allemagne à la fin de la guerre de 39-45 et les celles des mêmes lieux dans leur état actuel, poussant le souci de la précision au point de reprendre exactement les mêmes angles...
Le résultat est passionnant, car contrairement à ce qu'on pourrait croire, une énorme partie des constructions de l'époque et d'inspiration nazi ou constructions antérieures "nazifiées", sont encore en parfait état... soit parce qu'elles ont échappé aux bombes soit parce qu'on les a reconstruites à l'identique... Et curieusement, son parti pris d'effectuer un simple "constat" met en évidence par la froideur de sa méthode, la monstruosité du sujet. Son travail s'inscrit, sans probablement qu'il le sache, dans la suite de ce film remarquable de Peter Cohen qui s'intitule l'Architecture du chaos et qui fait état du rapport de Hitler avec les arts plastiques en général et surtout avec l'architecture par sa relation de chaque instant en la matière avec Albert Speer. Rien de cette topographie dramatique n'échappe à sa sagacité.

Sa façon de nous montrer dans le présent les traces de ce passé douloureux nous rappelle à sa manière, l'image vaut souvent la parole, que dans le monde entier "le ventre est encore fécond..."

C'est sur :
.

15 septembre, 2008

Ah ! le latin !

Poupin la Bulle veut revenir à la messe en latin. Les langues mortes avaient, on le sait, un caractère magique dû à l'incompréhension qu'en avaient les adeptes-ineptes qui l'ânonnaient. Cette fuite en avant vers le passé va entraîner une grande révolution culturelle. Les prêtres vont devoir apprendre le latin.... Le problème qui se pose est le suivant : va-t-on leur apprendre le latin de César, celui de Salluste, de Virgile, d'Aulu-Gelle ou de Cicéron ou directement le latin de cuisine, dénaturé, abâtardi et de ce fait et néanmoins fort riche qu'on rabâchait mécaniquement à la messe d'avant Vatican II...
.

Benoît XVI et Harry Potter

Bon, ça y est ? On peut passer à autre chose ?

Mais avant de tirer le rideau sur cette épisode grotesque, rions un peu...

Car entre nous, coté miracle, magie blanche (c'est tout pareil), Poupin la Bulle c'est même pas Harry Potter à ses débuts ... Je m'explique : avant de monter dans l' avion d' Alitalia qui allait le conduire en France, il a reçu une supplique officielle du PDG de la compagnie aérienne actuellement en chute libre lui demandant de prier pour qu'elle évite la faillite. Et bien, je sais : on devrait pas en rigoler, mais même malgré le séjour à Lourdes, le pape est revenu à Rome sur Air France, Alitalia n'ayant pas pu payer le plein de kérosène... Bon, faut dire à sa décharge, que le Boeing n'entrait pas dans la piscine miraculeuse...

14 septembre, 2008

La Mission Sainte Bernadette ou comment faire cracher les escrocs.

Vous savez sans doute que Google se paie en taxant les gens, honnêtes ou non, qui font de la pub sur son moteur de recherche. La taxation tarifée et contractuelle, donc légale, se fait en fonction du nombre de clics effectués dans la lucarne, chez moi à droite un peu plus bas. C'est ainsi qu'apparaît actuellement car je parle souvent de la Vierge Marie, du Pape et autres plaisanteries, le site des escrocs de la Mission Sainte Bernadette. Si vous voulez les délester un peu, cliquez autant de fois que vous le pouvez sur le site dans ma fenêtre, pas la peine d'attendre l'ouverture totale. A chaque fois que vous le faites, ils paient leur dû à Google... Ok, ça ne va pas vraiment les ruiner, ça ne va pas non plus vers une ONG, mais ça leur coûte sans leur rapporter et c'est le principal.

Cela dit le site de la Mission Sainte Bernadette et de son faiseur en chef s'il existe ( j'ai des doutes...), le "Père Elie Merle", je vous l'ai déjà dit, vaut le détour. Il y en particulier un tout nouveau rayon "huiles saintes" diverses et mises en bouteilles dans exactement les mêmes flacons qui conditionnaient les poppers avant l'interdiction, à croire qu'ils ont racheté le stock...
Pour constater et rigoler un coup, cliquez ci-dessous

http://www.mission-sainte-bernadette.com/php/huiles.htm
..
à moins qu'effectivement, ce soit une ruse, et que les "huiles saintes" dites de Lourdes, de Saint Michel, Saint Benoît, Sainte Rita, Saint Joseph ne soient que des formes masquées de nitristes d'amyle, de nitrites de butyle, voire parfois de nitrites de propyle destinées à contourner l'interdiction...
Vu que le prix est quasiment le même, je serais le ministère de la santé, j'irais voir... Je suis tenté pour d'autres raisons, vous l'imaginez, d'aller voir aussi...

L' Éléphant rose et la Sainte Vierge.

Un jour j'ai vu un éléphant rose qui faisait du skate-board en tutu sur une route de campagne un soir d'été.
Personne ne me croit et tout le monde dit que j'étais bourré !
Bernadette Soubirou a vu la Sainte Vierge en blanc avec une ceinture bleue dans une grotte des Pyrénées un jour d'hiver.
Tout le monde la croit et l'on la canonise !
Vous trouvez pas ça injuste ?

Le voyage papal : un grand message de l'"Occident"

Bon, faudrait tout de même pas croire que l'accueil triomphal concocté par notre président à l'intention de pape n'est qu'une forme d'adhésion à un projet assez improbable de reconquête du catholicisme en France, et quand ce serait, on est assez grands pour se défendre... C'est hélas bien pire... car c'est avant tout un message destiné aux non-chrétiens, voire même d'une manière encore plus précise, aux non-catholiques... Par cet accueil fastueux, par la mise à disposition des moyens de la République au service d'une religion pour favoriser la tenue de grands rassemblements, messes, et autres mascarades, c'est un message à peine masqué envoyé en particulier à la seconde religion française l'Islam. En effet, non contents de rappeler en continu, dans des discours visiblement rédigés en commun, les origines chrétiennes de l'Europe en général, et ici de la France en particulier, ils montrent, profitant de l'aubaine d'un calendrier concomitant, sur la place des Invalides, devant Notre Dame, à Lourdes, et surtout devant les cameras la force écrasante de cet Occident culturel, auprès de laquelle, la petite manifestation annuelle du Ramadam, se remet automatiquement à sa place...
.

13 septembre, 2008

Senlis, base de lancement

Quand on revient de Picardie vers Paris, sur je ne sais quelle route ou autoroute, ce n'est pas moi qui conduisais, on voit apparaître, extraordinaire, tranchant une ligne d'arbres verts, un tapis de forêts d'Oise, grasses et opulentes, un fond de ciel couchant, la flèche sud de la cathédrale de Senlis. C'est superbe, c'est étonnant, et à part les lampadaires d'un stade voisin ou dans l'axe qui gâchent un peu le paysage (ne faites pas chier avec les éoliennes en rase campagne, y a pire !) la vue que l'on a de l'église est à peu de choses près, arbres en plus/arbres en moins, celle que contemplèrent ceux qui finirent de la construire. Et puis et c'est rigolo, cette flèche unique (Senlis n'étant pas archevêché n'a pas eu droit à deux flèches de même hauteur ) que l'on croit détachée du reste du bâtiment, semble de loin à cet endroit, dans son environnement, comme la fusée Ariane, prête à décoller... A chaque fois, car je suis bon public du spectacle que je me fais, j'y crois ou presque... Quel endroit ! Quel affaire ! Imaginez, mécréants ! mieux que les apparitions faméliques de Lourdes au fond d'une grotte humide et insalubre, mille tonnes de pierres taillées moyenâgeuses s'élevant doucement, inexorablement, dans un vrai bruit d' Apocalypse, pour percer les franciliens nuages en direction de Dieu le Père !
.

12 septembre, 2008

Au Panthéon des couples mythiques

ils imaginent rejoindre en vrac John Fitzgerald et Jackie Kennedy, Eleanore et Franklin Delanoe Roosevelt, Zelda et Francis Scott Fitzgerald, Callas et Onassis, Sacha Gutry et Yvonne Printemps, Mary et Percy B. Shelley, Paul et Virginie, Roméo et Juliette, Laure et Pétrarque, Dante et Béatrice, Daphnis et Cloé... Acis et Galathée, Adam et Eve...

Moi, ils me font plutôt penser et tout autant en vrac, à Néron et Poppée... à la Fille de Madame Angot et à Ange Pitout, aux Mouret des Rougon-Macquart et dans le genre vulgaire la cruauté en moins mais la sottise, la prétention égale et la fonction aidant, à Elena et Nicolae Ceausescu... Tant ils sont vulgaires, avides d'honneurs et de rencontres extraordinaires ! Vulgaires, forcément vulgaires et prétentieux.
.

Folie ? et pourquoi pas internement ?

Si l'on en croit notre président, homme sain d'esprit et désormais d'Esprit-Saint, nier la réalité de l'influence des religions et en particulier et surtout de la religion catholique sur notre culture "occidentale" "serait, selon ses termes, une folie"... Cette folie est-elle susceptible de mettre en danger l'ordre public ? A quand l'internement thérapeutique façon hôpitaux psychiatriques soviétiques de la grande époque, après fichage sur Edvige des incroyants, agnostiques et athées de tous poils ?
.

POSITIVE

Comme tout va par quatre tels les trois mousquetaires, après
- La cuti-réaction positive
- La discrimination positive
- La laïcité positive
je propose :
- La couillonnade positive
et puis, tiens pendant que j'y suis, la branlette et la soupe aux choux positives.
.

Bigard et ses croyances.

Bigard qui met en doute la réalité des "événements du 11septembre" croit mordicus aux "apparitions" de Lourdes...
Et oui, ça se passe comme ça chez les Bigard !
Et pourtant, si Bigard avait été dans les Twin Towers au moment de l'impact, il verrait désormais la Sainte Vierge tous les jours et pour de vrai ! en procédant pour l'amuser à des lâchers de Bernadettes dans le Paradis !

11 septembre, 2008

Bernadette Soubirou cent-cinquante ans déjà !

Si on écoute bien les médias son et images, et si on lit les autres, Benoît Sexe vient en France commémorer à Lourdes le cent-cinquantenaire des "apparitions" de Bernadette Soubirou... Bon, faut arrêter tout de suite ! On commémore de "prétendues" apparitions, les effets des pathologies d'une brave sous-alimentée rurale, phtisique et délirante... Quand j'entends ou lis des journalistes parler des apparitions sans préciser qu'elles sont alléguées... Je me les place en bandoulière avant de me les mettre en sautoir...
D'ailleurs savez-vous que pour l' église catholique apostolique et romaine, vous n'êtes pas tenu, même si vous en faites partie, de croire en ces balivernes pas plus qu'en leurs miracles ? C'est vous dire... Lourdes, l'un des plus gros bizness mondiaux de la "Foi" toutes tendances confondues n'est, curieusement, pas "article de foi". Le principal, en revanche c'est de donner d'une manière ou d'une autre des sous, de la fraîche, de la thune, cash, chèque, carte bleue tout est accepté..... C'est quand même pas compliqué, non ?
.

Benoit XVI arrive demain

Vous savez pourquoi il n'est pas arrivé aujourd'hui ?
Une catastrophe par 11 septembre, vous trouvez pas que c'est suffisant ?
A chaque jour suffit sa peine...

Allez ! Vive Voltaire et Écrelinf !
.

Jeff Koons ou Wim Delvoye ?

Entre
Wim Delvoye ( CLOACA )
et
Jeff Koons ( BALOON DOG )

celui qui fait de la merde n'est pas celui qu'on croit...
.

L'abbé Guy Gilbert, le tutoiement ecclésiastique et le bandana

Ce matin, dès potron-minet, M-O. Fogiel a invité l'abbé Guy Gilbert. L' abbé Gilbert c'est ce curé façon prêtre-ouvrier tendance loubard-clouté qui a troqué d'abord la soutane, puis le costume de clergyman pour endosser le jean et le perfecto ; c'est dire, quoiqu'il imagine, qu'il a simplement changé d'uniforme... c'est son problème, on s'en fout. Mais ce qui est particulièrement fendard, c'est le tutoiement compulsif du saint homme. Jamais tutoiement ne fut plus signifiant, plus appuyé que le sien. L'abbé Gilbert vous tutoie comme s'il vous bénissait, vous oignait de son tu. La seule chose qui me gène, moi, ce n'est pas qu'il tutoie Fogiel, mais c'est que tutoyant l'interviouveur, il tutoie aussi, de fait car ses propos lui sont, en bout de "chaîne bonimentaire", déstinés, l'auditeur. Je n'ai pas la moindre envie que ce monsieur me tutoie...

Et puis il manque pas de fraîcheur, le cureton... Il se présente comme un ami de Sarkozy. Fogiel lui demande s'il est d'accord avec tout ce fait notre président... Oh non qu'il est pas d'accord ! Est-ce qu'il le lui dit à son ami, Gilbert, que ce qu'il fait c'est pas bien... Ben non, car il ne se voient pas assez... Et de Poupin la Bulle, qu'est-ce qu'il pense ? Nickel-chrome, son pape... Bon, à force de mettre de l'eau bénite dans son chopper, il avance plus vraiment, le curé en perf et bandana... (ah ! au fait, faut qu'il fasse gaffe à pas le mettre dans une des poches arrière de son jean, droite ou gauche, ça n'a pas le même sens, son bandana rouge... a moins que...).

Quand il n'est pas en perfecto
Ou bien encore sur sa moto
Tel Jésus maîtrisant les flots
Guy Gilbert marche sur les eaux...

Photo empruntée au site de Guy Gilbert lui-même
donc fiable. Dès lors, ce n'est pas un montage, ou bien
un malveillant trucage, mais avouez que c'est plutôt rigolo...
.
.

10 septembre, 2008

Relevé précis de topographies oniriques

Je vais vous faire un aveu intime ! Je rêve énormément. Je rêve, d'une manière récurrente ou non, de lieux merveilleux ou bizarres, d'architectures invraisemblables, de paysages improbables, d'ambiances jamais réellement ressenties, qui n'existent pas, mais dont je puis faire une description cent fois plus précise que celles que je pourrais faire d'endroits que je fréquente au quotidien... Je puis même en cas de besoin y retourner d'un rêve à l'autre pour confirmer mes repérages.... Même après le réveil, je réussis actuellement, pour mon plus grand bonheur, à réintégrer sans difficulté des songes interrompus. C'est pourquoi, j'ai un peu de mal, le matin, étant de surcroît un grand producteur d'endorphines matinales à émerger sans regrets...
.

Gus Bofa, forcément !


Grâce à Orlando de Rudder, je découvre aujourd'hui (ça fait pourtant un bail qu'il en cause !) un dessinateur dont je ne connaissais que le nom.
Il a raison, de Rudder, c'est vraiment très bien et mieux que ça !
Allez-y voir. Toute la BD française contemporaine est contenue d'une manière ou d'une autre dans l'oeuvre de Bofa, des Bidochon à Carmen Cru, en passant par Jack Palmer et tant d'autres, tous consciemment ou non lui doivent quelque chose.

E.D.V.I.G.E ou si que je serais Sarkozy...

j'arrêterais tout ça. Plus d' E.D.V.I.G.E. ! parce que de toute façon, maintenant, c'est un projet pourrave, une source pétrifiante d'emmerdes et de tous cotés... A quoi il lui servirait ce putain de fichier ? sauf s'il entend se faire nommer président à vie façon Bokassa-Duvalier ? Trop jouisseur-queutard pour avoir lui-même des instincts dictateurs... En revanche dans son entourage et parmi ceux qui guettent la place après l'avoir aidé à la conquérir, je serais plus circonspect...

Alors, en attendant, je serais tout colère, je crierais au scandale, je ferais semblant de pas savoir, je dirais qu'on m' a tout caché, que je suis entouré de cons, de blondes, je virerais Alliot-Marie pleine de grâce, et ainsi je passerais illico pour le gardien des libertés, le mari éclairé d'une artiste de gôche, bref, un vrai petit parangon de la démocratie. Un truc à vous faire regrimper dans les sondages aussi vite et haut que la fusée Ariane...
Enfin, moi, ce que j'en dis....
.

09 septembre, 2008

Bigard demande " pardon", car c'est un lâche...

Bigard qui, pour sa défense, n'est pas très intelligent, s'est vautré il y a quelques jours en tenant sur les "événements du 11 septembre" des propos péremptoires et révisio-négationnistes qui ont choqué. Cela dit, comment peut-on être choqué par les saillies incontrôlées d'un vulgaire histrion ? Cotillard la microcéphale avait fait la même chose il y a quelques mois. Mais le problème de Bigard est à l'opposé de celui de Cotillard. Celle-ci était en plein dans le succès de son film, quand Bigard vend, à quelques jours de la première, la prochaine pièce qu'il va "interpréter"(!), c'est pas gagné ... C'est la raison pour laquelle, il a aujourd'hui demandé "pardon" pour ses propos ineptes. On croit rêver ! Bigard demande "pardon" ! car Bigard est catho converti... Mais, pauvre crétin, imbécile sonore, t'as pas fait de péché ! t'as fait bien pire, car il n'y a, dans ce cas, pas d'absolution possible : tu as dit une connerie... Et c'est sans doute la raison pour laquelle ton metteur en scène et surtout le producteur de la pièce t'ont poussé au cul pour revenir officiellement et au plus vite sur tes lamentables coquecigrues...

Bigard
non seulement n'est pas très drôle,(question de goût, je sais, mais c'est pas le mien...), on sait maintenant qu'il n'est pas très courageux... Vous me direz, pourquoi persister dans ses erreurs ? Mais parce que, quand on est con, on n'a pas le choix, sauf si des intérêts supérieurs vous remettent pour de très économiques raisons sur les rails...
Un boycott lancé contre Bigard, c'est vite fait,
et hop ! Le Théâtre Hébertot en faillite !

Alors, couillon, tes directeurs de conscience( j'en connais, je n'en suis pas spécialement fier, au moins un qui en fut et s'en vante...) t'ont fourgué avec le reste les valeurs chrétiennes du "Témoignage", c'est à dire du "Martyr" ... Oui, mais t'avais oublié les contingences, même si ton "courage" te faisait risquer plus le bonnet d'âne que la couronne d'épine !

Et puis, de grâce, quand tu parles de Marcel Aymé, n'en fais pas une icône crypto-catholique... C'est pire qu'une faute de goût : un contre-sens et une injure.

Quand j'y pense !... Confier le rôle d'un aristocrate, fut-il déclassé, à un poufiat de cet acabit. A quand Le dialogue des Carmélites avec Brigitte Lahaye et la Cicciolina ? les metteurs en scène pour "faire sens", selon l'expression à la mode, ne manquent décidément pas de fion...


08 septembre, 2008

Turquie-Arménie c'était pas prévu et pourtant !

Vous avez vu ça ? La Turquie et l' Arménie sont en train de se réconcilier. Pour une fois, vive le foot ! Moi, ce genre d'événement me réjouit car toute réconciliation m'est bonheur ; quand en plus, c'est un coup de pied au cul de la bien-pensance occidentale, je vous laisse imaginer. Oui, quatre-vingt-dix ans après des conflits qu'on a voulu jusqu'à un passé récent analyser avec nos critères d'aujourd'hui, les premiers concernés commencent à prendre les choses en main eux-mêmes. Non, nous n'avions pas à nous immiscer dans cette "histoire" en faisant voter ces lois ineptes sur la reconnaissance du "génocide arménien". La notoriété de ces massacres était amplement suffisante pour qu'on se dispense de légiférer pompeusement à ce sujet dans le but de se gagner les voix arméniennes aux élections françaises (les turcs, on s'en tape, ils votent pas) et ce au risque de raviver d'une manière totalement irresponsable ces haines inter-culturelles du passé. Ils prouvent maintenant qu'ils sont assez murs (comme s'ils ne l'étaient pas depuis longtemps) pour en parler entre eux.

La Turquie a un projet. On ferait bien de s'y intéresser, avant de lui fermer définitivement la porte de l' Europe. Son projet c'est de fédérer les quelques centaines de millions de turcophones qui vivent entre le Bosphore et la Chine... Oui, ça parait bizarre mais il y a au monde autant, si ce n'est plus, de turcophones que d'anglophones... Que vient donc faire là-dedans la chrétienne Arménie...Elle vient faire qu'elle est avant tout, quelle que soit sa culture chrétienne, un peuple du Caucase, et que les turcs ne peuvent pas, pas plus qu'elle, ne pas prendre en compte cette réalité. Cette réconciliation entre turcs et arméniens réglera aussi le problème du Haut Karabakh... et alors pourra enfin se construire cette grande Turquie d'Asie. Ne sous-estimons ni les turcs ni les arméniens, le temps de la coulpe et de la compassion qui alimentent encore nos débats imbéciles est passé, celui du bizness est en route et ce sont, les uns et les autres et ils se connaissent, d'excellents commerçants... Quoi ? des crève-la-dalle ? Oh là ! méfiez-vous des crève-la-dalle... Auriez-vous imaginé, il y a dix ans, qu'un indien allait racheter Arcilor... Demain c'est peut-être un turc ou un ouzbek, un kazakh, un turkmène, un kirghiz qui va racheter la boite qui vous emploie...
.

Torcy - sous-préfecture : j'en reviens pas...

Je suis allé aujourd'hui, la mort dans l'âme, à la sous-préfecture pour faire changer la carte grise de la voiture d'Oscar le chien. Je me préparai, chemin faisant, à faire la queue pendant des heures, après avoir été reçu comme un lépreux à la fontaine par une dissuasive hôtesse et un mutique distributeur de tickets d'attente. La dernière fois que je m'étais, contraint, livré à ce genre d'exercice, j'étais arrivé à sept heures du mat devant la sous-préfecture de Meaux pour commencer à faire la queue en présence des "mandataires", personnes payées pour faire de même et les démarches à la place de certains en essayant de vous passer devant... C'est vous dire si je gambergeais en roulant. Et puis j'arrive, hargneux mais résigné, à quinze heures tapantes au parking de la nouvelle sous-préfecture de Torcy. Je trouve une place sans chercher et à l'ombre... Pas de queue, pas d'émeute devant la grille d'entrée... Je me dis, " C'est pas possible, c'est fermé !" J'entre néanmoins. Tout est calme, quelques personnes attendent en respectant la "zone de confidentialité". L'hôtesse est charmante, rapide et efficace. Elle m'explique tout ce qu'il faut avec un grand sourire, il me manque juste un justificatif de domicile... J'en reste coi. " Vous êtes certaine, y manque rien d'autre?" demandè-je incrédule. Je retourne à la maison chercher une quittance de téléphone, et me re-voila une demi-heure après au même endroit. J'ai rempli que la moitié de la demande, je le dis à l'autre jeune femme qui s'occupe de mon affaire, c'est pas grave, il faut juste inscrire son nom et son adresse et ne pas oublier de signer... Onze minutes après (c'est plein de pendules partout) tout est réglé... Je n'ai plus qu'à faire changer les plaques... Voila... C'est bien, l'administration, quand ça marche... Maintenant, ce que je comprends pas, c'est pourquoi c'était le bordel avant... Informatique ? Pas suffisant ! la dernière fois c'était tout autant informatisé... Non, je crois vraiment qu'il y a eu une réflexion suivie d'effets...
Je sors de la sous-préfecture au moment de la fermeture. Arrive un pauvre homme qui a besoin, c'est urgent, d'un formulaire. Autrefois, l'appariteur l'aurait envoyé aux pelotes. Et bien, non, il est allé lui chercher son formulaire qu'il lui a passé par la porte entr'ouverte... Étonnant ! je vous le disais...
Vous voyez bien que je fais pas que me plaindre.

07 septembre, 2008

André Vingt-trois

Ce matin, on intervioue André Vingt-trois archevêque de Paris dans sa pourpre cardinalice.
Un doute m'étreint.
Rassurez-moi ! C'est tout de même pas, du bon Jean Vingt-trois, le petit-fils qui aurait des lustres après la mort de son grand-père récupéré l'héritage de la succursale française de la multinationale ?
.

Petits Pogromes de Proximité

Encore une agression dans le XIX° rue Petit , comme la dernière fois.
Je sais, faut pas dramatiser, pas de parano ! rien ne prouve que ce soient des actes anti-sémites... Non mais on se fout de la gueule de qui ? après avoir cassé celle des autres ? Ah ! bien sûr, ce n'est pas forcément organisé par un groupuscule politisé, le fruit d'une idéologie concertée, non ! c'est, au choix, bien pire ou pas mieux... C'est tout simplement un "antisémitisme de proximité"... Le nazisme c'était la grande surface, le super marché de l'horreur, là c'est la supérette du coin, le petit commerce de la violence ciblée près de chez vous... le racisme quotidien en kit, le coup de poing dans la figure pour port de kippa provocante, en sachet, prêt à l'emploi, à la portée de tous et en attendant mieux... Durabilité, économie de fil : plus la peine de coudre l'étoile jaune... Dix grammes de kippa y compris la pince suffisent...
.

Jeff Koons va exposer une énorme boucle à Versailles

Vous savez sans doute, si vous vous intéressez un peu au "marché de l'art", que toute exposition consacrée à un artiste plasticien est excellente pour le maintien voire l'amélioration de sa cote. Jeff Koons est un artiste amusant,espiègle, homme d'affaire-promoteur cynique et rigolo du mauvais goût ambiant, mais c'est aussi, il faut bien l'admettre, une sorte d'antidote à l'intelligence profonde et fort gênante d'un Wim Delvoye et a l'élégance tout aussi subversive d'un Anish Kapoor, par exemple... je vous laisse aller voir ça sur le net.

Jean-Jacques Aillagon président du domaine national de Versailles -grand amateur de Nicky de Saint Phalle, c'est vous dire s'il est "rétro-néo-pompidolien"- invite et pourquoi pas (tous les goûts sont dans la nature, même le sien...) Koons à exposer ses oeuvres à Versailles. Mais ce qui est extraordinaire et particulièrement fendard dans ce projet, c'est que la plus belle oeuvre de Koons (qui aime les objets de grande taille) sera réalisée, à l'occasion et sans doute à son insu, sous la forme d'une énorme et virtuelle "boucle bouclée". En effet l'un des plus grands collectionneurs de ses oeuvres et qui va en prêter un certain nombre à Versailles, n'est autre que François Pinault dont Jean-Jacques Aillagon fut, entre la fin de son ministère et son parachutage à Versailles, l'animateur talentueux de son musée personnel du Palais Grassi à Venise. Une énorme boucle, je vous le disais.

Jean-Jacques Aillagon est à l'origine de la promotion d'une nouvelle et anagrammesque école d'art contemporain : " Le Ploutoc' Art".
.

05 septembre, 2008

La France en Afghanistan : l'euphémisme et la Grande Muette

Bon, c'est plus un scoop, le Canard a annoncé sans pour autant, on s'en doute, s'en réjouir, que quatre des onze soldats français morts en Afghanistan avaient été non pas tués pendant les combats mais fait prisonniers et exécutés par les talibans.

Après avoir nié la sinistre évidence, le ministère des armées a enfin lâché un peu de mou... Oui, un des soldats français est mort d'une "blessure par arme blanche". Ce qui, traduit en français courant et pondéré par ce fameux euphémisme, confirme simplement ce que disait le Canard en annonçant plus clairement qu'il(s) avaient été égorgé(s)...

Le problème est désormais le suivant auquel se trouve confrontée l'armée française. Comment d'une part communiquer sur la violence, la barbarie de ceux qu'on vient combattre et justifier la nécessité de les combattre et en même temps nier le fait que nos soldats ont été victimes de leur barbarie...

Messieurs et Mesdames les "communicant(es) " , bon courage !
.

Le corps a ses raisons que la raison...

Il y a un an et quelques jours je vous décrivis par le détail le début et la progression d'une sciatique qui a duré avec des hauts, des bas, jusqu'au printemps... Et bien, cette année, même pas mal ! Je fais les pieds au mur et saute comme un cabri (enfin, comme un gros cabri ! je n'en ai après tout que plus de mérite et de bonheur !) Vous voyez bien que je ne fais pas que me plaindre !
.

Philippe Frey, le désert et la bourde

Philippe Frey est un type étonnant. Il est interviouvé ce matin par Drucker sur Europe et ce qu'il raconte est passionnant d'un bout à l'autre car l'homme est d'une finesse absolue. Mais à un moment Drucker lui pose des questions sur la manière dont on vit l'aventure quand on est aussi enseignant et qu' on a femme et enfants. Il lui demande alors si sa femme elle aussi "est enseignante". "Non, répond Frey, elle est africaine ". Bon, c'est pas un cas de divorce mais avouez que les gens, même remarquablement intelligents, sont parfois bizarres...
.

04 septembre, 2008

La pensée du jour

Ne croyez pas que c'est le contraire !

Plus on est pauvre et plus ce dont on a envie devient un besoin... tant est si peu ce qu'on désire...
.

Évariste-Vital Luminais. Sa tombe à Douadic enfin sur le net !

J'ai le plaisir d'offrir à tous les admirateurs de ce peintre majeur et pourtant mal connu la photo que mon amie Martine a faite à ma demande de sa tombe à Douadic en mai dernier.

Passant, recueille-toi devant cet humble monument dédié au génie oublié qui peignit le sublime "Gaulois revenant de la chasse", la vigoureuse "Fuite de Gralon" et surtout les extraordinaires, les incomparables car inégalés "Énervés de Jumièges" !

Photo Martine H. (© 2008)
Cliquez sur les photos pour les agrandir





Afghanistan, et ben, on n'est pas dans la merde !

Ce matin Elkabach en Afghanistan intervioue sur place le général Stollsteiner commandant des troupes françaises à Kaboul (ou quelque chose comme ça) .
"Merci de me recevoir chez vous, mon général ! " lui dit-il d'emblée. Et voilà ! tout est dit !
Oui, mais, le problème c'est que le général Stollsteiner qui est sans aucun doute un très brave homme et un excellent militaire en mission, n'est pas chez lui... Et c'est bien ce que les talibans (qui, quoi qu'ils soient, sont chez eux, c'est indiscutable...), cherchent à nous faire comprendre...
Oui, je sais, vous allez me dire, c'est "façon de parler"... Oui mais vous le savez bien, la façon de parler surtout chez ceux dont c'est l'outil, est tout sauf innocente...

Le problème d'Elkabach, c'est qu'il est suffisamment rusé pour ne pas être vraiment con, mais pas assez fin pour être intelligent... Sans doute est-ce la raison de sa durabilité...
.

03 septembre, 2008

Sarkozy ? Ca se corse ! Ou : ben alors, Clavouille t'as pas de couille ?

Un jardin envahi dans une cité de luxe par des manants pas même encagoulés...
Un certain Rossi qui malgré son patronyme n'est pas corse est chargé depuis des années de veiller sur l'intégrité des biens de l'île, qu'ils soient propriétés d'insulaires ou de métropolitains. Comme c'est plutôt un bon gardien de squares privés, il est au courant, on l'a prévenu la veille, de l'intrusion du lendemain. Cette intrusion est semble-t-il, selon les dires des voisins du lotissement , un rituel, annuel et fort anodin. Il juge donc en vrai pro (un peu façon Grimaud en 1968) qu'il vaut mieux laisser faire pour éviter tout affrontement contre-productif, il a raison !

Certes on ne piétine que du gravier oui, mais c'est celui de Clavier...un comédien un peu besogneux dont la carrière déjà médiocre est en déclin mais qui est un ami intime de notre président... L'"outrage à ami du président" est patent, la fidélité proverbiale du même président, fut-ce nécessaire, étant prouvée, le flic est viré...

A mon avis ils ont intérêt désormais à la fliquer en permanence la résidence du bouffon ... avant qu'"on" ne lui fassent subir ce qu"on" fit subir à celle de Siné (et oui!) dont la destruction totale n'entraîna aucune mesure administrative vis à vis du même super-flic déjà en place à l'époque...
.

02 septembre, 2008

Siné-Hebdo ou la peau de Charlie-Hebdo en descente de lit !

Ça y est ! Alléluia ! Siné le met jusqu'au coude à Val et à ses larvaires collabos ! Avec Christophe Alévêque, Guy Bedos, Phillipe Geluck, Michel Onfray ,Tardi, Vuillemin, Miss Tic, Benoît Délépine, Bruno Gaccio, Denis Robert, Frédéric Bonnaud, Raoul Vaneigem , avec un certain nombre de femmes dont exceptée Isabelle Alonso je n'ai pas encore les noms, et sous la houlette de l'ange tutélaire Delfeil de Ton : EXCUSEZ DU PEU ! il crée Siné-Hebdo.

Pas un centimètre carré de pub ! Ça ne coûtera que deux petits euros... soit un peu moins d'un ticket de métro et demi. Alors, au lieu de continuer à acheter ce torche-cul de Charlie Hebdo, et si vous n'avez pas les moyens, resquillez le métro une fois par semaine et offrez-vous Siné-Hebdo !
.

01 septembre, 2008

Faire son marché au PS

Qui choisir ?
- Delanoé parce qu'il est homo et qu'il assume ?
- Royal parce qu'elle est canon et qu'elle en est fière ?
- Aubry parce qu'elle ne l'est pas et qu'elle s'en fout ?
- Hollande sans raison raisonnable ?
- Strauss-Kahn parce qu'il est de droite ?
- Fabius parce qu'il prétend ne pas l'être ?
- Moscovici parce-que "Veni, vidi, vici " ?

Honnêtement, la compétence dans cette histoire, n'est plus un critère déterminant...

Moi je m'en fous... Je fais mon deuil, comme on dit, et sans le moindre espoir de résilience ! Mais puisque de toute façon la reconquête du pouvoir au sein du PS passe avant celle de la présidence... je préfère, à l'instant présent Besancenot... Besancenot qui les emmerde... qu'ils exècrent plus que Sarkozy... c'est vous dire s'ils sont de gôche !


La Rochelle polluée par le PS.

Le PS est mort le week-end dernier à La Rochelle. Moi j'aime beaucoup la Rochelle qui est devenue hélas une sorte de Saint-Tropez atlantique, mais fort heureusement en plus grand, en plus beau, et surtout malgré tout, restée (la différence est de taille) réellement chic. Richelieu n'a pas, que je sache, fait le siège de Saint-Tropez..

Ils auraient pu aller crever ailleurs, les potentats du PS... Je sais pas, juste à coté, à La Pallice par exemple : c'est moche, ou à Fourras dans la gadoue... Non, ils ont choisi l'une des plus belles ville de France pour venir échouer comme une vieille baleine sub-claquante ce parti dont quatre ou cinq d'entre eux imaginent qu'ils vont utiliser sa graisse pour nourrir leurs ambitions...

Comble du ridicule... ils ont choisi Reims pour, en novembre prochain, adouber leur nouveau secrétaire... Le prochain premier secrétaire et quoiqu'ils prétendent, futur candidat du PS sera sacré à Reims... Mort de rire !
.

Le RSA est une escroquerie institutionnelle

Tiens je viens d'y penser, à l'instant. Ok ! je suis pas économiste, mais, tout de même, y a un truc qui me troue le cul.
Si je comprends bien, le RSA est destiné à faire en sorte que l'ex-RMiste ne se retrouve pas à gagner moins en travaillant qu'en ne travaillant pas, Ok je vous ai compris ! Ce qui veut dire que l'ex-RMiste puisqu'il travaille, ne touchera plus, j'imagine le RMI mais en lieu et place le RSA, qui n'est, par rapport au RMI qu'un complément, donc moins élevé... Alors je voudrais bien qu'on m'explique pourquoi on doit financer le RSA d'un ex-RMiste qui ne touche plus son RMI mais un RSA dont le montant est inférieur au RMI qu'il touchait... Pour faire bref : le bénéficiaire du RSA ne touchant plus le RMI, l'État en créant ce nouvel impôt s'en fout plein les fouilles... Car j'imagine mal, qu'on continue de verser à quelqu'un qui re-bosse, en plus de son nouveau salaire, le RMI qu'il touchait avant, plus le RSA ?
Pourquoi, plus simplement ne réduit-on pas le RMI à la carte en fonction de ce que gagne le "ré-inséré"?

Mais enfin, ça pue l'arnaque cette histoire !

Mon raisonnement serait simpliste ? Qu'on me le prouve !
.

Site counter

Archives du blog