31 décembre, 2012

incorrect, brillant, drôle .

je ne résiste pas au plaisir de vous le donner encore à écouter 


28 décembre, 2012

26 décembre, 2012

Les sept péchés capitaux : La luxure ou la paresse ? c'est vous qui voyez !


et si c'était les deux ? puisque la paresse est mère de tout vice !

Pierre Soulages est né le 24 décembre 1919 et il est toujours en pleine forme. Joyeux anniversaire Monsieur Soulages !


en attendant le retour du froid...

retrouvé dans mes tablettes...

En attendant le retour du froid.

Cet ancien son de cloche, il le connaît déjà
C'est celui qui se perd dans la brume qui mord,
Qui lui anesthésie la main, quand du jaja
Il cherche obstinément le goulot-réconfort...

Vous l’avez vu, c’est vrai, il titube... et se tient
Au mur de n'importe où, de là il s’abrite
Le glas, il le connaît, c’est son air, c’est le sien
Son opéra, sa vie, sa scène qui s’effrite...

Aller plus vite au trou sans forcer le destin...
Pour mettre un terme enfin à sa misère profonde,
Il lui faut pour ce faire, attendre qu’un matin
Le froid, tueur légal, l’entraîne dans sa ronde...

Le pauvre se tue peu... Le pauvre fuit la mort...
C’est à se demander s’il n’est pas le premier.
A avoir de l’espoir... A croire, à croire encor,
Que Dieu aime le pauvre.. qu’il sera le dernier


Au paradis des gueux, et comme au bon vieux temps
S’il reste sage et digne, et gentil sous sa tente,
On lui fera crédit, pour un mois, pour mille ans
D’un rêve lénifiant d’aptitude à l’attente...

Le pauvre ne sait plus autre chose qu’attendre
Attendre le printemps, l’été quand il fait chaud...
Le pauvre malgré tout est gentil, reste tendre...
Il tend la main et dit merci ou peu s’en faut

Il faudrait bien qu’un jour le pauvre se redresse,
Se révolte et puis s’arme et se serve alentour...
Dans ces lieux éhontés où prospère la richesse
Il aura des fusils des munitions, un jour...

Et ce jour-là, ça va chier...
Craignez, craignez le sans-foyer
Jour de colère que ce jour-là
Dies irae, Dies illa...

(un peu à la manière de Jehan Rictus, de Bruand et de Fombeure aussi )

Le mot juste :


25 décembre, 2012

JOYEUX NOËL ! et tranche de vie.

Je sais depuis longtemps pourquoi je déteste Noël au point d'en être toujours un peu malade du 20 décembre au 2 janvier (oui ça englobe le jour de l'an)... Je dois ça à ma sainte femme de mère pour qui tout plaisir devait s'accompagner, pas le lendemain, mais le jour même et de préférence d'une manière concomitante d'une culpabilisation sournoise mais néanmoins efficace. Il allait de soi que, je vous l'ai déjà dit, pas de Père Noël chez nous, nous ne voulions pas de ce monsieur-là. C'est donc le petit Jésus qui était censé, c'est insensé, m'apporter mes modestes cadeaux, ce qui convenons-en, pour un nouveau né d'une petite heure ou environ relevait déjà du miracle, mais on sait qu'il en fit d'autres, non ?
Seulement, s’il fallait se réjouir de la naissance de notre sauveur, fallait pas oublier un seul instant et au même moment qu'au printemps suivant il allait mourir pour nos péchés, les miens comme ceux des autres ;  parce que si je croyais au petit Jésus je croyais et c'est bien plus grave, très jeune, aussi au péché... Dans l'image de la crèche on voyait donc en filigrane la croix menaçante et terrible. Ma mère bien que profondément chrétienne était à sa manière, foncièrement mama juive, maniant avec expertise et en douce la double contrainte : se réjouir et se lamenter en même temps. (Elie, mon compagnon, qui possédait la même mais en vraiment juive en connut très bien le mode d'emploi) .
Et enfin, cyanure sur la bûche de Noël (une génoise sublime qu’elle faisait elle-même mais qu’elle gâchait en la torchant de gelée de groseille quand nous rêvions d’une fort pécheresse crème au beurre doublée d'un pernicieux glaçage...) bien sûr ne pas oublier, petit privilégié que tu es, qu’il y a tout plein d’enfants qui n’ont rien pour Noël !
Merci Maman, depuis ce temps tu m’as pourri, fût-ce avec de passagères rémissions, une bonne semaine annuelle de ma vie..

and now, Ladies and Gentlemen : Miss Peggy Mee


22 décembre, 2012

suite au péché capital précédent ou du tau à la crosse et inversement.

Un peu d'histoire religieuse, voulez-vous ? Le tau, objet de pouvoir initial de l'épiscopat précéda dans les accessoires liturgiques la crosse, symbole du berger qui rassemble . Le retour forcené du tau n'est en aucune manière innocent. Car il devient actuellement en son état ce qu'il n'était pas dans sa première époque celui d'une épée retournée, soit un instrument de combat plus que de rassemblement et non un avatar de la croix du supplice... Aucun symbole surtout dans les religions quelles qu'elles soient n'est hors de sens.

les sept péchés capitaux, ce soir : la colère


indispensable car merveilleuse


Les sept péchés capitaux. Aujourd'hui : l'Orgueil





19 décembre, 2012

Elisabeth II comprend enfin !


Ah, tout de même !   cent ans après le précédent monarque qui visita le 10 Downing Street, Elisabeth II est informée officiellement de ce à quoi elle est censée servir... Il était temps...

Un peu d'hygiène et d'économie domestique !


Arrêtez de vous bousiller l'épiderme avec les saloperies d'Ushuaia and c°. Achetez du savon d'Alep. Ca coûte 2,5 euro le pain ( pas n'importe où, faut savoir, je vous dirai), c'est à l'huile de laurier, ça dure à raison d'une douche par jour 1 mois 1/2 par personne. Alors au lieu de donner vos sous pour de la daube à Liliane Bettencourt, fût-elle sub-claquante, donnez les plutôt aux syriens qui en ont bien besoin .


Au lieu de vous cramer les aisselles et le reste avec des déodorants formatés qui puent le propre convenu, utilisez une pierre d'alun. C'est efficace, sans alcool, sans parfum... ça coûte 8 euro la pierre (chez des bonnes sœurs que je connais) qui dure plus d'un an pour un usage quotidien...

18 décembre, 2012

C'est bizarre !

dans deux jours c'est la fin du monde et Paco Rabanne ne dit rien .

après, faudra s'occuper de Grant Wood...


Ok Hopper, on a compris !

Mais parmi les peintres américains qui le valent sans être reconnus, faudrait pas oublier l'extraordinaire Maxfield Parrish. Moi je m'en fous je suis fan depuis 40 ans, j'attends pas qu'on le (re-)découvre..

Marsault... je vous ai déjà parlé de lui, je continue.

Marsault pourrait être mon petit-fils,  et si c'était le cas je serais fier de lui. Marsault dessine, il dessine des bédés, parfois le dessin seul, souvent maintenant scénario et dessin,  Le dessin est ferme, sans faille, clair, net, comme le propos  qu'il sert. Des histoires dont certains penseront  qu'elles sont horribles, honteuses, à ne pas montrer à n'importe qui. Oui, sauf que l'horreur et la honte, c'est pas les bédés de Marsault, c'est la tuerie de Newton...    J'ai droit en primeur avec dédicace à certaines de ses nouveautés. Merci ! 

Les sept péchés capitaux : ce soir, l'Avarice


17 décembre, 2012

Éléphantastique 12

Les éléphants du Parc de la Tête d'Or à Lyon  seraient tuberculeux  et l'on veut les abattre... C'est dégueulasse ! Il est probable que les éléphants  où qu'ils soient le sont. On s'en fout ... On risque plus de devenir tuberculeux  en prenant le métro ou   pour des raisons  quotidiennes et sanitaires qu'en fréquentant occasionnellement au zoo  des pachydermes prétendument infectés... Et puis, même au litre, les antibiotiques c'est pas fait uniquement pour les humains !      


Le meunier, son fils et l’âne , raconté par l’âne

Il y a  fort longtemps, son instituteur ( trice) demanda à ma nièce et aux élèves de  sa classe de raconter cette fable du point de vue de l'âne. J'étais (déjà) métromaniaque  et lui offris cette version pour qu'elle s'en inspirât pour la sienne.   

Le meunier son fils et l'âne

Ces messieurs un beau jour décidèrent de me vendre
Ingrats et oublieux des services rendus,
Et par les quatre pattes viennent à me suspendre,
Pour, me gardant dispos, gagner quelques écus.
Nous avions fait dix pas que mes porteurs rencontrent
Des passants qui s’esclaffent en me voyant ainsi
Porté comme un pacha, et qui du doigt les montrent
Les affublant du nom que l’on me donne aussi.
A ces mots mes patrons sur la terre me laissent
Et à mon grand regret me remettent sur pieds
Tandis que le plus jeune dessus mon dos se dresse
Et laisse le barbon trotter à nos côtés.
Nous allions ainsi sur le chemin de terre,
Le père me conduisant  alors par le licol
Quand, nous croisant bientôt, trois marchands conseillèrent
Au fils de descendre aussitôt sur le sol
Et de laisser monter le vieil homme à sa place,
Ce qu’il fit aussitôt et sans se faire prier.
Et sans se soucier qu’à la fin je me lasse,
Nous voilà repartis. Quand au bout d’un sentier
Trois filles s’étonnèrent de voir le vieux sur moi,
Tandis que l’héritier qui leur plaisait sans doute
Marchait en conduisant son père ainsi qu’un roi...
Elles nous dirent deux mots sur le bord de la route
A la suite desquels, et pour tout réconfort
Le fils lui aussi se hissa sur mon dos.
Et sans se tracasser  le moins de mon  effort,
Me chargeant sans merci de leur double fardeau.
Et c’est un peu plus loin, qu’en chemin nous croisâmes
Un petit groupe encore qui trouva à redire,
Les traitant de sans cœurs, de  méchants, de sans âmes
Et parlèrent si bien que tous deux descendirent.
Ainsi débarrassé d’un poids  considérable,
Tout gaiement je trottais et libre devant eux,
La vie me devenait de nouveau agréable
Lorsqu’un dernier manant  s’en prit à ses messieurs
Leur conseillant alors de me mettre sous verre
Ou de me transformer en âne de salon ;
Et c’est après cela que le vieux en colère
Décida pour la fin d’agir à sa façon...

Ah ! Puisse Buridan connaître cette histoire
Lui dont l’âne jamais ne pouvait décider
Vaut-il mieux comme lui à chaque instant surseoir
Ou bien  à  l’opinion des gens se conformer



Georges Corm est intéressant !

Entendu cet après midi, une intervioue de Georges Corm à propos de son nouvel ouvrage intitulé "Pour une lecture profane des conflits".
Il y parle d'une manière claire et argumentée de la supercherie organisée qui prétend que la raison principale de nombreux conflits serait la question religieuse ou culturelle, quand elle est plus simplement de nature économique, géographique et plus cyniquement politique. Il stigmatise aussi et la stigmatisation est ici amplement justifiée la complaisance des "occidentaux" vis à vis de régimes aussi anti-démocratiques (émirats et autres régimes douteux ) que ceux qu'ils combattent. C'est remarquable; Corm est libanais, le moyen-orient, il connaît.

les scènes de films qu'on se passe en boucle...


le moule est cassé,

on n'en fait plus de comme ça ! 

16 décembre, 2012

Ma recette du soir !

Vous avez fait décongeler deux pavés  de saumon. C'est parfait ! Pour chaque pavé, vous prenez une feuille de papier aluminium sur laquelle vous agencez délicatement dans le prolongement l'une de l'autre, deux feuilles d'algues japonaises. Vous déposez dessus votre saumon.   Vous le recouvrez de deux autres feuilles d'algues, comme vous l'avez fait au dessous. Vous saupoudrez tout ça de gingembre, de curry en poudre, d'ail en farine, et d'un filet d'huile d'olive. Vous laissez cuire au four très fort dix bonnes minutes et une fois cuit vous servez avec des brocolis nappés de crème fraîche.    

Je sais, c'est pas correct, je devrais rescpecter le deuil...

Et pourtant, même si à chaque fois lorsque cela arrive on s'émeut de ce drame récurrent, parmi les vingt enfants froidement abattus par ce fou qui avait choisi l'arme du crime dans l'arsenal de sa mère grande collectionneuse, avant de commencer par la zigouiller, combien de ces enfants seraient devenus si ce Dieu qui veille sur l'Amérique leur avait prêté vie, de farouches partisans de la sauvegarde du 2 ° amendement ? Parce que c'est bien là le problème : ces enfants sont moins les victimes d'un fou, que celles du lobby des armuriers.
La vie de vingt enfants, qu'est ce que c'est au regard des millions de dollars que représentent les ventes d'armes ?
Ils vont  les arroser de larmes de crocodiles, en attendant l'arme au poing la prochaine hécatombe...

Je sais, j'en fais tout un fromage...


Vous vous gobergez de caviar, vous vous tartinez du foie gras en masse  ? Si vous ignorez le Pouligny Saint-Pierre, pyramide sublime légèrement fumée dont je mange les arêtes en dernier   et la buchette de Sainte-Maure avec sa paille de seigle,  son grain incomparable et cette cendre si fine qui décemment l'habille, vous ne savez pas tout ce qui est merveilleusement bon... 
C'est vous qui voyez...    

Depardieu par ci, Depardieu par là...


Honnêtement ça vous intéresse, les aventures de Depardieu ? Moi, je m'en fous, ça fait des années que je ne supporte plus les acteurs qui sur-jouent...

C'est pas nouveau, certes mais ça tient le coup !

 en plus c'est quelqu'un de bien !


15 décembre, 2012

Alexis Lacroix , la Revue Blanche et Darius Milhaud....

Généralement, dans cette émission (Clara et les chic(s) livres)  c'est son collègue Gilles Heuré qui s'applique à se planter, mais il y a quelques minutes,c'est un certain Alexis Lacroix qui s'y colle. Il  parle aujourd'hui de la Revue Blanche. Il dit les gens qui y ont participé, des écrivains, des peintres,  mais aussi des musiciens, et de citer, péremptoire, au moment de l' Affaire Dreyfus (qui débuta en 1894) l'intervention de  Darius "Milo" (sic!) en  1891, compositeur précoce puisque né en 1892...
Il y a toujours une perle dans cette émission pondue élégamment par l'un de ses brillants  et inébranlables chroniqueurs.   

14 décembre, 2012

Plein le cul...

J'apprends aujourd'hui en écoutant France Inter au cours d'une émission consacrée à un écrit relatant l'enlèvement et l'asservissement sexuel, parmi des centaines d'autres,  d'une jeune fille par Khadafi.
Il semblerait, mais il ne faut pas le dire, culture oblige et euphémisme autant, que  de surcroît,  les garçons ne le laissaient pas indifférent...
La victime, c'est comme ça que ça se passe, étant plus stigmatisée que son bourreau. Et comme chacun sait, il n'y pas  d'homosexuels  chez les musulmans, pas plus que chez les juifs orthodoxes ou chez les chrétiens intégristes...     
Ce serait la raison pour laquelle en toute hypocrisie on le sodomisa avec une mitraillette  avant de le zigouiller.         

Souvenirs... mais au fait, qui donc chantait la version française ?


C'était le bon temps ! plus personne aujourd'hui n'oserait faire ça .


Entendu aujourd'hui à la radio.

La police japonaise recherche un fétichiste qui attaque mais sans violence les fillettes pour leur piquer leurs soquettes...
Si vous ne connaissez pas fut-ce un peu les japonais, vous saurez désormais et les mangas en sont le reflet, que l'érotisme nippon un poil pédophile est plus branché "Petit Bateau" que "Chantal Thomass".

Encore un héros déchu de mon panthéon personnel !

Après Strauss-Kahn et bientôt  pour d'autres raisons J-F Copé que j'admirai tant, encore un héros déchu de mon panthéon personnel !
Lu un tas de trucs sur le Grand Timonier dont je possède toujours le petit livre rouge qui siège en rayonnage à coté de mon missel de premier communiant, oui, je classe par genre.
Ah quelle déception ! Moi qui suis si sensible à l'image des héros

Le grand homme était obsédé sexuel, ne glandait rien de la journée, recevait ses ministres dans son lit, ne fréquentait l'eau que lorsque, excellent nageur, il plongeait dans le Fleuve Jaune pour, histoire de l'emmerder, obliger son entourage masculin à en faire autant, ce qui fait, paraît-il, qu'il empestait le yéti à trois lis...

Éléphantastique n°11 ( ? )



le top du top ! Ganesh, lui-même, à deux ou quatre bras,  assis ou dansant

13 décembre, 2012

Chanson d'avant, longtemps avant l'abolition. J'aime !



Rappelons au passage  que le dernier président qui refusa sa grâce, et ce seulement quatre ans avant l'abolition fut Giscard. Honte à lui !



"Désenclavement"

Terme utilisé par les énarques pour dire qu'on se fait chier dans des transports trop longs.
Aujourd'hui pour aller de Lagny à Melun, préfecture, deux heures en utilisant le trajet le plus simple, par Paris soit : train + métro + train + taxi, idem retour, taxi -retour en moins j'ai pris le bus pour regagner la gare,  soit en voiture une cinquantaine de km. Je vous dis pas le coût de l'opération. En fait je vous le dis, 45 euros, soit en tem
ps et en prix, un Paris-Prague en low- cost les jours fastes. J'aurais de toute façon préféré aller à Prague.
Mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut comme on veut.
Ok, mon empreinte carbone a été minime, mais honnêtement, mon empreinte carbone même si c'est l'une des plus minimes, si vous saviez comme je m'en tape.

12 décembre, 2012

Dans les années soixante-dix,

on était soit Stones, soit Beatles, soit Ravi Shankar soit Ustad Vilayat Khan, moi j'étais Ustad Vilayat Khan

Ravi Shankar, 92 ans est mort aujourd'hui


C'est triste parce que ce qu'il a pu nous faire rigoler, le maître du sitar, le roi du raga autoproclamé ...



11 décembre, 2012

Quand je m'aperçois que je suis injuste, mais en fait pas du tout !

Mes rapports avec le PS.
J'aurais et j'ai pardonné tout et n'importe quoi à Mitterrand et de fait au PS d'alors.
O tempora O mores ! 
J'ai beau me forcer, aujourd'hui, je ne peux plus rien  pardonner à ses successeurs, quand bien même et raison de plus j'ai voté pour eux... 

 

C'est comme ça et tant mieux !

Copé et Fillon réussissent à deux ce que les petits fils de Charlemagne se mirent à trois pour réussir :  la ruine de leur impérial héritage.
Et l' on voudrait supprimer l'enseignement de l' Histoire, ce que souhaitait et entreprit leur empereur direct sans en mesurer les conséquences immédiates...
Alors pour parler d'jeuns : L.o.l et m.d.r !

Bon, je sais, c'est pas bien de se moquer du physique, mais là, c'est autre chose, ça transcende !


 Bref, moi je trouve ça furieusement politiquement  glamour, 
j'ai le droit, non ? Asterix et la Walkyrie, 
qu'attendent les héritiers de Goscinny et Uderzo? 

rencontre imaginaire entre Liberace, Elton John et d'autres...


10 décembre, 2012

Le silure devient monstrueux...

Le silure poisson chat géant est un monstre... Il sort désormais de l'eau pour bouffer les pigeons, et ça c'est nouveau.
Film tourné, pas en Afrique ou dans le bayou de Floride, non, sur les rives du Tarn. La bestiole mesure environ un mètre vingt... elle est singulièrement vorace et ça c'est nouveau.


09 décembre, 2012

Y a pas que Hopper...

Comme vous avez (sans doute comme moi ) découvert il y a vingt-cinq ans Hopper par ses illustrations de couvertures de livres de poche, vous avez tous vu des œuvres de Csernus pour la simple raison que vous avez tous acheté des Folio et ce dès les débuts de cette édition de poche dont il fut l'un des premiers et des plus prolifiques illustrateurs. Technicien oui, mais aussi inspiré. Caravagesque hyper réaliste, - et oui ! Alors Hopper, je veux bien, mais Csernus aussi .

Un homme averti en vaut 10. Il peut pas dire qu'on l'avait pas prévenu.


Ma découverte du jour : Emmanuel Terray

 c'était sur France Inter ce matin dès potron-minet.
Choc ! 
 
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=519085

Le coup de génie de Hopper


 Le coup de génie de Hopper c'est, quel que soit le sujet du tableau, de mettre (plus que tout autre peintre figuratif à part peut-être avant lui Vermeer et Caillebotte ) le spectateur, qu'il le veuille ou non, dans la position irrésistible
du voyeur.

Faire mater en douce des pompes à essence et leur pompiste éclairés fût-ce d'une manière un peu glauque et qui ne savent pas que vous êtes planqué dans l'ombre ... Voilà la grande réussite de Hopper.

Tout le monde peut se tromper !


Lu dans un bêtisier et trouvé dans le livre de Marcelle Segal " Mon métier : le courrier du cœur " 1952
"J 'aime deux jumelles. Fiancé à l'une , je viens par erreur de faire un enfant à l'autre"

le plus grand de tous ?

probablement, et comme on dit : " toujours copié, jamais égalé !  


08 décembre, 2012

Bien jouer d'un instrument ? c'est simple.

C'est faire ce qu'il faut comme il faut au moment où il faut, la preuve : 

06 décembre, 2012

Oscar Niemeyer est mort

La seule bonne idée du PCF : avoir choisi Niemeyer pour la construction de son siège place du Colonel Fabien  .

05 décembre, 2012

Le Père Noël face aux cons...


A Montargis on a voulu zigouiller froidement  le Père Noël pour des raisons d'identité religieuse... Non mais on croit rêver. Moi petit catho de base, quand j'étais gamin, le Père Nöël, avatar laïcisé de Saint Nicolas était  considéré comme une horreur laïque... Mais ils sont cons ou quoi ?
Le Père Noël, couillons que vous êtes, est depuis longtemps  un personnage récupéré par les publicitaires  de Coca Cola...boisson catho, hallal et casher... 
Moi quand j'étais gamin, c'est le petit Jésus, qui, maousse -costaud malgré son fort jeune âge , m'apportait mes modestes jouets...
Je vous le dis, ils sont cons,mais, de grâce, qu'ils laissent les gamins rêver, ils en auront de moins en moins l'occasion.

Ca, c'est ma version préférée. Je sais c'est con mais c'est comme ça !


I'm a Barbie Girl...

Ca y est ! je sais qui a inspiré les auteurs de la Poupée Barbie !    C'est la baronne Elke von Schletz aka Elke Sommer.


Dave Brubeck est mort

Brubeck était un excellent musicien. Il fut l'élève de Darius Milhaud  et possédait ce captial de musicien classique qui faisait de lui comme toujours dans ce cas un jazzeux d'exception. 
Le grand drame de Brubeck c'est d'avoir été célèbre pour une pièce qui n'est pas de lui... Take Five,  son œuvre emblématique est de Paul Desmond son saxophoniste dans les années cinquante.   
Allez c'est pas grave, il ne l'a jamais caché et puis, il la jouait si bien !

Catharsis et peau de chagrin


Depuis hier soir, à la suite d'un enchainement d'évènements que j'ai déclenché sans malice pour leur signifier ma tristesse en divulguant ici une profession de foi délétère d'extrême droite que l'un d'entre eux propage sans vergogne, je ne verrai plus une partie de mes proches. C'est irréversible. Sur le coup ça a été pénible, puis un peu comme  un abcès qui se vide, je me suis senti soulagé. Catharsis  que ça s'appelle ! 
Mon univers familial est une peau de chagrin qui, curieusement au fur et à mesure qu'elle se réduit me protège encore mieux.  Ne cherchez pas, qui que vous soyez, à recoller les morceaux.  Soyez tranquilles, je ne dirai ici selon mon habitude rien dont les sujets, les acteurs,  seraient identifiables, hormis bien sûr et exclusivement par les intéressés eux-mêmes.

Cessez de me lire, ça vous évitera des convulsions et des poussées de haine à  mon endroit  et de grâce désormais, foutez moi la paix, car j'ai dans mon armurerie quelques scuds aux effets collatéraux dévastateurs que, soyez rassurés,  personne à part vous ne pourront comprendre mais c'est bien suffisant.   Je suis le méchant ? Ok, je vais finir par l'être.

Comme je dis souvent pour bien prendre en compte ma propre responsabilité dans le désastre,  nos pathologies sont devenues incompatibles. Démerdez-vous avec les vôtres. Je suis tout sauf mortifère mais  votre histoire, vous le savez,  dans son obsession du non-dit, pue la mort, j'aime pas. Je ne serai pas le complice de vos aveuglements.  Je pense qu'après ça, c'est mon souhait le plus cher,  pour votre sauvegarde supposée, vous ne me lirez plus. Moi de mon coté, je fais et j'écris ce que  je veux.  
Adieu, vous que j'ai tant aimés...

Je ne lirai, ne  publierai aucun commentaire  sur le post qui gêna tant, ni sur celui-ci.  

03 décembre, 2012

Le poète a toujours raison...

C'est de Maurice Fombeure, poète poitevin, et c'est superbe !
Ca a été mis en musique par Poulenc , lisez le poème qui suit dans  sa réjouissante violence et écoutez la  version en musique de Poulenc. C'est hélas terriblement d'actualité.

Jean Martin prit sa besace
Vive le passant qui passe !
Jean Martin prit sa besace,
Son bâton de cornouiller

S’en fut au moutier mendier
Vive le passant qui passe !
Va-t-en ! dit le père moine
N’aimons pas les va-nu-pieds !

S’en fut en ville mendier
Vive le passant qui passe !
Épiciers et taverniers
Qui mangez la soupe grasse
Et qui vous chauffez les pieds
Puis couchez près de vos femmes

Au clair feu de la veillée
Vive le passant qui passe !
On l’a trouvé sur la glace
Jean Martin a trépassé
Tremblez les gros et les moines!
Vive le passant qui passe !
Tremblez ah! maudite race
Qui n’avez point de pitié

Un jour prenez garde, voraces !
Les Jean Martin seront en masse
Aux bâtons de cornouiller
Ils vous crèveront la paillasse
Puis ils violeront vos garces
Et chausseront vos souliers
Jean Martin, prends ta besace
Ton bâton de cornouiller...

Questionnement qui m'interpelle

Tiens, au fait pourquoi dit-on : un va-nu-pieds et non un va-nus-pieds, et au pluriel des va-nu-pieds et non des vont-nus-pieds ?
SOS grammairiens !

Saloperie ecclésiastique

L'évêché de Paris et les communautés religieuses ont refusé, à la demande du ministre du logement, la mise à disposition des nombreux immeubles vides qu'ils possèdent pour y loger les sans abris...

Si Joseph et Marie, sans abris notoires se trouvaient à Paris aujourd'hui à la recherche d'un logis qui puisse accueil avec dignité la naissance de Jésus, faudrait pas qu'ils comptent sur Vingt-Trois et ses acolytes pour se mettre au chaud.

Saloperie ! Indignité ! Vous irez en enfer ! ensoutanés sans honte, encore faudrait-il que vous y croyiez.


Il est probable que certains qui considèrent que j'ai une dent (celle qui me reste) systématique  contre tout et contre tous, vont soutenir activement j'imagine et j'espère,  la curetaille dans la défense de son patrimoine.  



Poulenc + Fombeure = 12 minutes de bonheur


pour commencer la semaine dans la bonne humeur !


02 décembre, 2012

Faut jamais réveiller les souvenirs des autres...

J'avais tout oublié... Mais puisqu'on  éveille en moi sans que j'ai demandé quoi que ce soit et sans qu'on en mesure le danger, des souvenirs qui étaient enfouis,  j'en viens à m'interroger sur des évènements du passé lointain. Et  si, par exemple puisque j'y pense à l'instant,  comme dans le film de Lelouch "Un Homme qui me  plait" qui lui plaisait tant, nous nous étions retrouvés par ses soins  organisationnels incomparables, lui, moi et l'autre, sans que j'ai su sa présence, à Bruxelles, pour  qu'ils revivent à mon insu, comme dans le film  l'aventure pour de vrai... Bergen-Girardot-Montand / lui-moi et l'autre ( ! )  le romanesque en technicolor revécu, comme disent les enfants, "pour de vrai".   Le grotesque est à son comble et sans doute vaut-il mieux que je n'y aie pas pensé à l'époque... Je crains que lui, y ait, non seulement  pensé, mais qu'il l'ait fait.
Ca va finir par m'amuser rétrospectivement, ces histoires qui peu à peu réapparaissent,  car de surcroit, d'un seul coup, en raison de l'incongruité de la chose, du ridicule de la situation, de l'inévitable et ravageuse distanciation,  plus de dix sept ans ans après, je devrais m'offrir un retour d'indignation ;  mais c'est tellement con et hors du temps, que  je trouve ça drôle, en fussè-je à l'époque la victime, instrumentalisée dans le délire quotidien et inépuisable d'une moderne Putzfrau, moitié Flaubert, moitié Fassbinder. Un vrai scenario, mais d'un très mauvais film... "Les Feux de l'Amour" avant l'heure.  Y a des jours où je me dis, quand même...  Heureusement, jusqu'à ce soir, personne ne le savait ! Je revendique ma responsabilité : pour jouer au con, il faut être au moins deux. Pour en rigoler, en revanche, on peut le faire tout seul.

Alla Tiepolo !

Gare de l'est, 17h aujourd'hui . Ajoutez quelques putti virevoltant et hop !

30 novembre, 2012

petite comptine onusienne :

Israël existe toujours,
Moi, je suis pour !

depuis hier

La Palestine existe aussi
J'en suis ravi

Droit des Femmes, le grand raout !

Le jour même où l'on met en place le Comité pour le Droit des Femmes, Eric Raoult, ancien ministre UMP, grand moralisateur  et chasseur de caill'ra  passe  au tribunal pour  violences conjugales.
Ca ne s'invente pas. A croire que le juge ( ultra-gauchiste comme tous les juges) a choisi son jour pour le convoquer. 

Le Mr Bean du soir. J'aime particulièrement celui-ci.


on me demande quelle est ma version préférée, c'est celle-ci !


29 novembre, 2012

Homophobie de proximité ou Pauvre Marcel


J'en ai déjà parlé mais on en parle encore à l'instant sur France Inter.
Quand Proust est mort, son entourage immédiat à fait disparaître toute trace littéraire ou autre de son homosexualité. 
C'est ainsi que par la faute volontaire de certains, servante ou membres de la famille, une partie de l'œuvre, soit ses écrits les plus intimes (i.e amoureux) donc des plus importants de sa correspondance a fait les frais d'un autodafé interne,  familial et organisé ...
Son con de frère fut, paraît-il, surpris lorsqu'on lui montra un exemplaire de la "Recherche" qui lui était dédicacé de la main deMarcel, dédicace qu'il n'avait jamais lue...
Un certain Jacques Guerin collectionneur avisé acheta après sa mort toutes les reliques qu'il put acheter, dont le manteau de Proust...
"Le manteau de Proust" (La Table Ronde) de Lorenza Foschini parle de tout ça. C'est bien !

 Et n'oubliez pas cependant que les choses ont évolué dussé-je en chagriner certains. Aujourd'hui on est "gay" ou homo ou lesbienne, joyeusement  pédé ou goudou. Du temps de Marcel, et jusqu'à un passé récent, on était "de la jaquette", "pédéraste", "inverti", une pédale,  un  antiphysique (dénomination officielle de la police des mœurs) j'en passe et de bien pires... Je vous fais grâce des adjectifs réservés aux lesbiennes, car faisant partie du fantasme érotique  hétéro, et en même temps du déni d'existence,   elles sont, à part l'antique et mystérieuse  "tribade" ou la post-moderne "pelouse",  dans le langage des "mecs"  moins verbalement  stigmatisées.  

FIN DU MONDE !

Attention ! Les adeptes du mystère, les grands prêtres de la trappe dans le mur, du secret soigneusement occulté nous rappellent l'échéance du 12 12 2012, date officielle de la fin du monde.
Alors je crois que c’est le moment pour moi de faire des révélations importantes.
1 Savez-vous qu’entre les Grandes Pyramides d’Égypte, le Temple du Feu d’Ateshgah et le château d’
eau de Saint Cirq-la-Popie nous pouvons tracer un triangle isocèle ? Qui l’eût cru ?
2 Savez vous que 9 -3= 6 et que 6x3 = 18 et que 8+1 = 9. Incroyable non ?
3 Savez vous que si l’on divise la surface de Notre Dame de Chartres par la longueur du développement de son labyrinthe et qu’on multiplie le résultat par la distance qui relie le tout aux toilettes du bistrot du coin, on obtient un rapport proche de 1,618, i.e : Le “NOMBRE d’OR” ! C’est fou ! pas vrai ?

Et probant, non ? Mais ça, à coté de ce que je sais de la fin du monde imminente, c'est roupies de sansonnets !

Et, tenu au secret absolu par les initiés qui m’ont, après quelques épreuves dont certaines fort douloureuses, enfin mis au parfum, je ne peux pas vous dire ce à quoi on a accès en réunifiant ces fulgurantes révélations . Surtout quand on sait que 12+12+2012 = 2036 soit 11 soit 2 ! et que Bugarach dans l'Aude, lieu mondial du refuge apocalyptique donne le nombre 4 qui, si on l'ajoute au 2 précédent, donne 6, particulièrement lourd, quand on sait que si l'on divise 2036 par ce chiffre on obtient 15 c'est à dire encore 6 on est saisi par l'évidence !

trouvé sur "La Boite Verte"


28 novembre, 2012

Quoi de neuf ? Neil Young !


R.U.M.P ou les dangers de l'acronymie....


Cet acronyme doit bien faire se marrer les anglophones... Le groupe parlementaire créé hier au sein de l'UMP doit être composé de végétariens, car "rump" en anglais désigne cette partie charnue du fessier bovin qu'on appelle aussi croupe, dans laquelle on taille ce fameux "rumsteck" dont vous vous régalez..

27 novembre, 2012

Brent Lewin, photo belle comme un tableau orientaliste


Fête du chameau à Pushkar, Inde

Enterrement de classe et tranche de vie .

Aujourd'hui, on a enterré Lulu.  Lulu n'avait plus d'âge que celui de son état-civil. Il jouait, il y a encore cinq ou six ans à la fanfare. Il tenait l'un des  clairons, mais  valait mieux ne pas approcher une flamme de son pavillon quand  il jouait. Lulu  avait été le premier mari de Marcella, robuste sicilienne avec qui il eut deux enfants, un garçon et une fille bien sympathiques. Et puis Marcella l'a quitté. Malgré le divorce que Lulu regrettait toujours, Marcella continuait avec lui   et en toute amitié de fréquenter la fanfare jusqu'à ce qu'une maladie des yeux et puis le reste empêchât Lulu d'y venir. Elle, elle  tenait et tient toujours un tambour sur lequel elle a ajouté des cloches brésiliennes qu'elle frappe avec ardeur, couleur locale garantie. Elle porte sur sa plantureuse poitrine des t-shirts en lamé dédiés à Johnny ou à Herbert Léonard, manque que Sardou
Entre temps Marcella a épousé Pierrot, phénoménale et scrofuleuse outre à vin,  qu'elle ravitaillait quotidiennement  en jaja de base, revenant de l'épicerie du coin un casier de six litrons "bouteille étoile"  ( y en avait encore à l'époque) dans chaque main. Et Pierrot racontait en permanence, en boucle,  qu'il avait été le batteur des Moustik's un prétendu célèbre groupe français de rock des sixties (!). Pierrot était copain avec Lulu, y a pas de raison, transfert de compétence en quelque sorte, ils se pochetronnaient de conserve. Et puis Pierrot, le  jour où la coupe a été trop pleine,  a pour ainsi dire explosé sa vinasse dans l'appartement conjugal, coma éthylique bien sûr et puis syndrome de Mendelson à domicile. Il a eu droit à des obsèques quasi-municipales.
A peine veuve d'un mois, Marcella a rencontré au bistrot où elle a ses habitudes,  Gérard, alcoolo notoire, mais, comme Lulu, du genre cirrhose sèche,  qu'elle a épousé aussitôt, et avec qui elle vit encore. Le mariage c'est comme le cheval, si on est tombé faut remonter tout de suite . 
Je vous raconte tout ça pas pour  faire du Zola, moi ce que je raconte,  je l'ai  vu et surtout entendu en direct... Marcella était brouillée avec ses enfants qui s'occupaient chaleureusement de leur désormais défunt père  ; ceux-ci en larmes n'ont pas eu le cœur à causer. Et comme, ce matin,  il n'y avait pas eu d'église, c'est Gérard, l'actuel mari de celle qui aurait pu être sa veuve qui a fait l'éloge funèbre du défunt,  sur le bord de la tombe après que le représentant des anciens d'Algérie ait fait son baisser/relever de drapeau, et que le maître de cérémonie demandé une minute de silence. 
Je vous la fait en bref car c'est la fin qui compte
" Coco, (son surnom de bistrot)  on t'aimait bien. Tu aimais bien la table et le quatre / vingt et un, et la belote !   on en a fait des parties ensemble ! /......................./  Alors Coco, maintenant  chaque fois qu'on jouera au  quatre / vingt et un et puis à la belote on boira un coup à ta santé
Je vous jure, je n'ai rien inventé.  Sur le coup j'ai eu un doute, mais y  a des témoins,

l' aphorisme du jour de moi-même personnellement !


" Le racisme, contrairement à la vérole, c'est quand on s'en vante qu'on le répand ! "

26 novembre, 2012

Aphorisme apollinairien in " Les Mamelles de Tirésias" ( Poulenc en plus! ) :


"Ce n'est pas parce que vous m'avez fait la cour dans, le Connecticut, dans le Connecticut,

que je dois vous faire la cuisine à Zanzibaer ! '"
C'est évident on ?

Humeur soyeuse et automnale.

Quand vient l'automne et puis quand vient l'hiver, j'ai l'impression, le soir, que chaque jour vécu est gagné sur mon compte. Le compte est bon, c'est bien ! 

Famille je vous hais aurait dit celui de droite, qui sait .....

Je viens de faire du rangement dans mes photos du mois et ne résiste pas au plaisir de vous montrer celle-ci. C'est au cimetière de l'Hôpital des Champs, notre cimetière familial en quelque sorte.

Allergie au pollen du défunt ? Secret de famille ? Haine ante ou post mortem ?

En tous cas, il s'est passé quelque chose, non ?

25 novembre, 2012

et puis parce que cette sorte de mezoued toulousain est une merveille


indispensable un dimanche soir !


UMP / UMP et PS / Écolos

La solution pour soigner les aigreurs ? Organiser à Notre Dame des Landes sous un barnum loué en commun entre tous les partis, une réunion de l'UMP dans un coin, une écolo-Ps dans l'autre...
Taxe carbone réduite malgré les lance-flammes.

Femmes battues

Ma solution, puisque c'est la journée, comment former les femmes à ne pas être des femmes battues :
Leur apprendre dans le système scolaire, et ce dès le C. E 1, avant elles ne sont pas forcément descendues, à balancer avec autorité mais aussi mesure bien sûr, des coups de lattes dans les couilles de leurs petits camarades afin préventivement de leur apprendre la vie par le traitement du vit !

Sergio Leone (génial inventeur du duel à trois) ce soir à l'UMP

reste à savoir dans le casting , qui  joue quoi... 


Arnaud Montebourg et la coquille ministrérielle

Il semblerait qu'il y aurait eut  une coquille au moment de l'attribution des ministères. Arnaud Montebourg serait en fait Ministre du Ravissement Collectif.
Errare hollandum est  !

24 novembre, 2012

Histoire drôle que racontait mon père.

Un homme rentre chez lui un soir, de sa journée de travail, et demande à sa femme
- Chérie, que mangeons nous, ce soir ?
- Une poule au pot, mon amour!
- Oh, merveilleux, j'adore la poule au pot.
Le lendemain à la même heure et rentrant épuisé, l'homme demande à sa femme :
- Chérie, que mangeons nous, ce soir ?
- Il reste de la poule au pot d'hier soir
- Oh, superbe, c'est encore meilleur le lendemain, réchauffé !
Le surlendemain, l'homme en appétit gagne son domicile, et se précipite dans la cuisine où sa femme lui annonce qu'elle fait un parmentier avec le reste de la poule au pot
- Quelle bonne idée lui dit -il à mi-voix...
Quelques jours après, rentrant de voyage, il sent dans la maison une forte odeur de bouillon qu'il reconnait tout de suite
- Chéri ! comme j'ai vu la semaine dernière que tu l'appréciais, j'ai fait une poule au pot.
L'homme reste muet mais au moment où sa femme apporte sur la table la marmite fumante, il se lève et armé du grand couteau à découper les volailles s'enfuit dans la rue tandis qu' elle le suit en criant :
- Où vas-tu Ravaillac ?

22 novembre, 2012

Allez, avant de dormir !


et puis, l'inoubliable !


extrait d'un de mes films culte(s)


Histoire de cœur ....

Eh bien je vais vous dire !
Le cardiologue de mon cœur m'a dit ce soir que mon cœur allait bien. Ah, le brave homme ! après les tests d'usages, nous restons au moins une heure ensemble à causer de la vie en générale et des nôtres en particulier. Soit deux fois plus longtemps que chez un psy... Bon d'accord je suis moi aussi à l'écoute, mais non seulement ça me fait plaisir, mais ça me réjouit de surcroît !
Merci Dr K....

20 novembre, 2012

Foire du Trône 2009 ou le Phallus Électrique


Souvenir du Soir

Je me souviens que dans une vie antérieure, j'ai travaillé pour une association départementale d'action musicale, adiam pour ceux qui se souviennent. On y distribuait entre autres tâches utiles les subventions départementales aux associations musicales, et l'on aidait aussi les élus locaux de quel que bord qu'ils fussent à organiser des concerts pour la plupart en milieu rural. L'un d'entre eux  qui cumulait aussi  un mandat de conseiller régional était une sorte de géant, ingénieur et qui habitait en fait la banlieue de Paris quand son fief électoral se trouvait bien plus loin vers la champagne vineuse... Assez beau mec, la soixantaine encore vaillante, il n'était curieusement pas vraiment antipathique jusqu' à ce jour où ayant rendez-vous chez lui du coté de Malakoff j'arrivai un peu en avance. Sa femme, petite souris sans grâce et mal fagotée, me reçu fort gentiment, nous nous connaissions, et nous discutâmes de banalités tandis que je la sentais de plus en plus tendue. Quand elle entendit sur les 17h30 l'ascenseur s'arrêter à l'étage, elle s'excusa, comme prise de panique, et se précipita dans l'entrée de l'appartement où dans la main droite un verre de whisky et dans l'autre une paire de pantoufles, elle reçu comme sans doute chaque jour sitôt qu'il eut passé l'huis son seigneur et conseiller maître.

19 novembre, 2012

Le nouveau Madness est arrivée , tant mieux !


le jeu mondiovision de l'ascension (de la haine)

- Palestine eighty points
- Israël three points
Curieusement dans ce concours, c'est le plus petit score qui gagne.
Et d'une manière ou d'une autre c'est toujours le pays vainqueur qui organise.

d'aucuns prétendaient qu'on ne pouvait plus le voir. Intox ! on peut ! rien que du bonheur et de la nostalgie !


17 novembre, 2012

UMP demain :

on  va enfin savoir :
Copé m'a tuer
ou
Fillon m'a tuer

C'est demain dimanche... Souvenir d'enfance pour les poitevins de ma génération et de celle d'avant qui l'ont connu...

C'est demain dimanche...
Souvenir d'enfance pour les poitevins de ma génération et de celle d'avant qui l'ont connu... 

L’" Ite missa est" étant dit, 
Nous visitions le vieux chanoine
En  son borgésien labyrinthe ;
Là du haut des murs à la  plinthe
Se serraient, frileux patrimoine,
Dix mille ouvrages d’érudit.
Le vieil homme était détestable,
Il sentait fort l’aigre et le rance,
L’encre humide et le vieux saloir.
Sur un mur, tout près d’un miroir,
Un crucifix en déshérence
Semblait en équilibre instable.
Le cuir craquelé d’un fauteuil
Recelait des puces en essaims,
Affamées, vaillantes et voraces ;
Et nous gardions souvent les traces
De nos séjours sur ces coussins
Au plus profond de notre orgueil...
Le chanoine était hagiographe,
Organiste, fin musicien,
Presque aveugle et lippu en diable,
Et d’une laideur indéniable ;
Quelques rondeurs de batracien
Enflaient ses mains de polygraphe.
Notre père et lui discutaient
De choses élevées sans doute,
De Renan ou de Maritain,
Ou du Révérend Père Martin...
Nous laissant au bord de la route.
Et pendant qu’ils en  débattaient,
Sa vieille mère parcheminée
Servante et ange tutélaire
Glissait son ombre à travers l'huis
Et telle un vieux rameau de buis
Sa main tremblant du froid polaire
Malgré le feu de cheminée,
Nous offrait d’odieuses croquettes
Au chocolat, grasses et fétides
Sorties d’une boite en carton,
Qu’il n’eût pas été de bon ton
De refuser. Alors, rapides, 
Nous les  crachions sous les carpettes...

Claude Lévêque, c'est bien , je vous le dis , mais allez voir vous-même !

Techno Club


La plus belle scène d'amour de tout le cinéma ?





Tant qu'il y aura des hommes 
(From Here to Eternity) film américain de Fred Zinnemann, avec une foule d'acteurs extraordinaires dont ici  Burt Lancaster et Deborah Kerr

16 novembre, 2012

Edmar Castañeda ou la harpe n'est pas qu'un instrument pour jeunes filles éthérées...


rencontre incroyable entre Kurt Weill et Jacques Deval , résultat génial : Marie Galante

Rencontre improbable:  Kurt Weill le brechtien et Jacques Deval le mondain du vaudeville et pourtant résultat : Marie Galante, c'est superbe !
Ici la chanteuse accompagnée par le WBK est Loes Luca, la voix est comme il faut, la diction française parfaite !
Il y a une version Ute Lemper pas mal non plus, faut reconnaître !*
L'extrait suivant est la profession de foi d'une pute un peu délirante en voie de rédemption et qui voudrait bien retrouver son univers natal...


14 novembre, 2012

Mieux vaut en rire...

Quand je suis fatigué, je ne fais pas d'effort de communication et il m'arrive comme Jean Tardieu de mettre "Un mot pour un autre" . C'est ainsi que le 1° novembre, parti avec ma nièce fleurir nos tombes nous cherchions un marchand de chrysanthèmes avant de nous rendre au cimetière. C'est alors que sur la rocade à Poitiers nous en avons vu un sur le terre plein central. Et j'ai dit à ma nièce " Freine ! là à gauche y a un marchand de canapés". Elle s'est arrêtée, sans problème. J'aurais dit camembert ou bien cataplasme, elle aurait compris tout pareil ! 

LesTrès Riches Heures de Chey Chao


Chuuuut !

Il faudrait donc quand on apprend quelque chose qui remet en cause, quand on n'y adhère pas, une paix  sociale ou familiale, ne rien dire, éviter toute discussion dont le propos fâche et réduire tout échange à des banalités consensuelles. 
Attention ! 
Le silence est d'or ? non, le silence endort...

13 novembre, 2012

Gentils !

19h45
attention, il vous reste encore quatre heures trois quarts pour être gentil ! 

12 novembre, 2012

Sans doute mon " Strip tease" préféré


l'aphorisme du soir

On nous dit : il ne faut pas frapper son ennemi à terre. Bon... Mais alors, quand ? 
Lucien Guitry

Extrémités

Il n'y a que deux compétitions sportives qui me fascinent. Le cent mètres et le Vendée Globe, deux courses en solitaires. L'une dure quelques secondes, l'autre quelques mois.
J'aime également ces deux extrémités.

L' hyperbate est la meilleure et la pire des figures de style.


Pour preuve :
"Elle a vécu, Myrto, la jeune tarentine" , vers sublime d'André Chénier,
mais aussi :
"Car elle est morte Adèle, Adèle ma bien aimée" , chanson populaire.

11 novembre, 2012

deux pour le prix d'un : Lou & Laurie, superbe, non ?


Philippe Meyer l'a fait, ça y est !

Je me disais bien qu'un jour, il la ferait, celle-là, le pompeux ravi  !
Il a enfin parlé hier, d'une chanson éponyme  ! wouaouhhh !
Ce qu'il y a de bien avec Meyer du Modem, c'est qu' à court, moyen ou long terme, il est prévisible!  
Bientôt "Meyer" lui-même va devenir éponyme. Le préfet Poubelle éponyme emblématique avait donné son nom  à un récipient destiné à recueillir les déchets avant qu'on les ramasse. Je pense  que Meyer va offrir son patronyme au typique bavard hertzien auto-satisfait. Il va perdre son M majuscule, et l'on pourra dire " hier soir chez des amis, j'ai rencontré un meyer" ou mieux encore nous irons voir une pièce cruelle "Un diner de meyer".   C'est pas donné à tout le monde de devenir éponyme !  

noms et prénoms "ça fait sens" comme on dit aujourd'hui !

Si vous êtes réunionnais et que vous ne vous appelez pas Payet, vous avez de fortes chance de vous appeler Hoarau...
Quand j'étais gamin dans mon collège privé catholique, les petits hobereaux poitevins que j'avais pour compagnons de classe s'ils ne s'appelaient pas Hugues (de La Rochebidule) s'appelait forcément Hubert (du Montmachin)...
C'était la minute de sociologie !

09 novembre, 2012

Un coup de bâtoué !

Un coup de bâtoué, dans le Pouétou c'est un coup de bâton, dans tous les sens du terme, c'est donc aussi  la surprise qui vous cloue au sol. 
La semaine dernière je me suis ramassé un coup de bâtoué derrière les oreilles, un gros, de ceux  qui vous assomme.  
Quand quelqu'un que vous aimez, que vous estimez vous avoue entre le fromage et la grimole qu'il devient raciste et qu'il a voté Front National au premier tour des présidentielles, ça perturbe... Vous vous dites d'abord qu'il déconne, qu'il provoque, que c'est de l'humour, certes de mauvais goût mais un joke quand même. Hélas, un bon quart d'heure de discussion après, il vous a convaincu: oui, il a bien voté Le Pen au premier tour et Sarko au second. Sarko, encore, joker ! Mais avouez que Le Pen, ça a de quoi vous trouer le cul...
Vais-je l'aimer moins pour autant ? C'est bien ce qui me taraude depuis une semaine car je crains que la réponse soit dans la question.
Un coup de bâtoué, je vous le disais 

Quand le pauvre Sardou plagiait lamentablement Brel

Brel
LA... LA... LA... 1967



Quand je serai vieux je serai insupportable
Sauf pour mon lit et mon maigre passé
Mon chien sera mort ma barbe sera minable
Toutes mes morues m'auront laissé tomber
J'habiterai une quelconque Belgique
Oui m'insultera tout autant que maintenant
Quand je lui chanterai Vive la République
Vivent les Belgiens merde pour les Flamingants...
La... la... la...
La... la... la...

Je serai fui comme un vieil hôpital
Par tous les ventres de haute société
Je boirai donc seul ma pension de cigale
Il faut bien être lorsque l'on a été
Je ne serai reçu que par les chats du quartier
A leur festin pour qu'ils ne soient pas treize
Mais j'y chanterai sur une simple chaise
J'y chanterai après le rat crevé
Messieurs dans le lit de la Marquise
C'était moi les quatre-vingt chasseurs...
La... la... la

Quand viendra l'heure imbécile et fatale
Où il paraît que quelqu'un nous appelle
J'insulterai le flic sacerdotal
Penché vers moi comme un larbin du ciel
Et je mourirai cerné de rigolos
En me disant qu'il était chouette Voltaire
Et que si y en a des qu'ont une plume au chapeau
Y en a des qui ont une plume dans le derrière...
La... la... la
La... la... la

Quand je serai vieux je serai insupportable
Sauf pour mon lit et mon maigre passé
Mon chien sera mort ma barbe sera minable
Toutes mes morues m'auront laissé tomber


Sardou 1980

Quand je serai vieux,
Je serai teigneux comme un chien
Et méchant, exigeant, emmerdant.
Je casserai ma canne sur les chevelus,
Les barbus, les chanteurs, et les musiciens,
Des vauriens
Mais chaque fois que j'en aurai le temps,
Entre un calva et un petit blanc,
Je raconterai qu'il y a cinquante ans,
C'était autre chose d'avoir vingt ans,
Qu'on n'était pas comme ces blancs-becs,
Malades au dix-huitième cul sec.

Quand je serai vieux,
Je serai, sous mes cheveux blancs,
Egoïste, anarchiste, emmerdant.
Je montrerai mes fesses à la gendarmerie,
Aux barbus, aux maires, aux élus du pays,
Des brebis,
Mais chaque fois que j'en aurai le temps,
Entre un calva et un petit blanc,
Je referai l'histoire de France
De Charles de Gaulle à Mendès France
Et si personne ne m'interrompt,
sur le trône un Bourbon.

Quand je serai vieux,
J'aurai des petits-enfants,
Mes gamins, mes copains, mes garçons.
Je n'avouerai qu'à eux ce qui a fait ma vie,
Mes chansons, mes folies et mes femmes aussi,
Des jolies,
Mais chaque fois que j'en aurai le temps,
Entre un calva et un p'tit blanc
Je leur montrerai la grand-mère
Qui m'a subi sa vie entière
Et si y'en a un qui rigole,
J'te jure que j'lui mets une torgnole.

Comme au temps du vieux temps,
Du bon temps...

Oh si y'en a un qui rigole,
J'te jure que j'lui met une torgnole.

Comme au temps
Du bon temps,
De mon temps.

08 novembre, 2012

Juliette des Esprits

Probablement le moins connu des films de Fellini, et peut-être le plus étrange, en tout cas l'un de mes préférés. 

La photo est le fruit du hasard et le spaghetti à l'oignon délicieux ...

Je pense à ça tandis que je fais frire des oignons...
J'ai connu dans une vie antérieure un photographe palermitain qui cuisinait d' excellents spaghetti. Sa recette était simple. Il faisait  griller de très  fines lamelles d'oignon dans de l'huile d'olive auxquelles il ajoutait une bonne pointe de piment.
Il se trouva par le plus pur des hasards avec son Hasselblad à l'heure précise  où eut lieu à cent mètres de lui  l' attentat qui tua le juge Falcone.
Puisque je vous le dis, la photo est fille du hasard. 

Boris Vian in "Chroniques du Jazz":


"Le bon vieux temps - vous savez, l'occupation, 
quand on était les Algériens des Allemands".

07 novembre, 2012

Rumeurs... toujours...

Le maire de ma commune a, contre toute attente, donné sa démission il y a quelques semaines, soit presque deux ans avant la fin de son mandat.
Pour ceux qui rêvent du pouvoir, oublieux de Sylla et Tibère, s'il est une chose fort incongrue, c'est bien de l'abandonner sans contrainte quand on le tient ...
Alors bien sûr, les rumeurs qui avaient pointé le nez quelques jours av
ant sa démission n'ont fait que croitre et embellir. Et l'on évoqua l'imminente révélation de casseroles, que dis-je, d' une vraie batterie qui l'auraient poussé à quitter en hâte ses fonctions
Mais depuis, pas même le moindre tintinnabulement.
C'est donc que, voyez-vous, s'il n'est pas parti pour cause de malhonnêteté, ce ne peut être que pour raison de santé...
La vox "populo" est ainsi faite. Ne pouvant plus rêver de l'envoyer en taule, elle nous l'expédie à l'hosto..

06 novembre, 2012

Instantané dans ma rue

Cet après midi en rentrant de la promenade d'Oscar le Chien, là où nous marquons une pause au carrefour avant de traverser, une jeune fille attend tandis qu'un jeune homme au loin descend vers elle à bicyclette.  Elle, black et callipyge, doit avoir quinze ans, elle déjà roulée comme un dessin de Crumb, collant de laine noir et par dessus tout ça une minijupe  pas plus large qu'une ceinture. Lui sur son vélo, il approche, une djellaba sur son jean ; le même âge qu'elle. De toute évidence ils se connaissent. Elle l'appelle de l'autre coté de la rue, mais il ne veut pas traverser, elle insiste, mais il  continue de rouler en lui criant dans sa fuite : " Non je peux pas, non je peux pas !", avant de disparaitre au carrefour suivant.  Il y a  un an, il devait porter une casquette de caill'ra. Aujourd'hui une calotte. Dès qu'il aura trois poils, sûr, il se laisse pousser la barbe, Quant à l'Impure, elle n'a plus qu'à en draguer un autre...     

05 novembre, 2012

La vie d'un petit air triste...

J'ai choisi cette version parce que c'est celle dont le tempo me convient le mieux. Cette chanson éisabéthaine ne vous est pas étrangère car elle a connu plusieurs avatars. C'est d'abord Prokofiev qui l'emploie dans "Lieutenant Kijé" et puis Sting dans "The Russians" Certains prétendent qu'étant persuadé que cet mélodie était de Prokofiev, il aurait demandé à ses ayants droit l'autorisation de l'employer, ce qui de la part d'un anglais, semble assez invraisemblable... 


La mosquée de Poitiers


Mais tout n'est pas raté à Poitiers !

Comme c'était tout près du cimetière, je suis allé voir la mosquée.
Ce n'est pas fini, mais elle va être superbe. De belle taille, elle ressemble avec son minaret en forme de campanile à un petit palais vénitien.

Poitiers, sous les pavés, Poitiers



Cette place que j'ai connue enfant réduite à l'état de parking fut aménagée dans les années soixante-dix comme on le faisait à l'époque, en y plantant des arbres qui abritaient l'été les terrasses des bistrots, au milieu une dalle entourée de massifs cernée par un  muret sur le pourtour où l'on pouvait s'asseoir, "on aurait dit le sud"... Les autos certes passaient autour, les bus aussi, mais lentement sans être une véritable nuisance, pas au point en tous cas de justifier la transformation de l'endroit qui est désormais aussi gai et accueillant qu'une place d'apparat à Pyongyang ou l' Alexanderplatz d'avant la chute du mur. Ce lieu où l'on s'asseyait volontiers se traverse désormais en hâte, comme si l'on craignait big brother... Les arbres ont été pour la plupart éradiqués, et toute la surface aplanie et légèrement en pente, mais dans le mauvais sens bousculant la perspective de la manière la plus idiote puisqu'elle donne l'impression que l' hôtel de ville s'enfonce... Les sols de la place, de la rue qui la relie à la préfecture et de toutes les rues piétonnières à l'entour sont pavés exactement de la même couleur, d'une sorte de marbre coquille d'œuf qui donne par cette uniformité forcenée une allure de pissotière géante à tout le quartier.

Mais comme de toutes façons, le nouveau plan de circulation de la ville destiné à proscrire tout usage de l'auto vous envoie par un dispositif centrifuge irrémédiablement vers l'extérieur, vous vous découragerez d'y entrer et ainsi n'en verrez pas la pitié.

J'espère qu'au moins ça a coûté très cher, et que les poitevins, pénalisés par leurs impôts locaux expient cette monstruosité qu'ils ont sans tiquer laissé faire.

04 novembre, 2012

La pancarte du jour (Buxerolles, Vienne)


Le temps est un allié sincère et ambigu


Une partie de ma famille continue de voir un jeune (?) homme avec qui j'ai vécu cinq ans  environ et dont je suis séparé depuis plus de quinze ans. D'aucuns seraient furieux de ce que cette relation  perdure. Mais je n'y vois personnellement pas de problème. D'abord parce que chacun fait ce qu'il veut, ensuite parce que j'estime que si l'on vit en couple, on existe indépendamment de son conjoint, avant  et après la séparation, enfin, faut être honnête, parce que c'est quand même moi qui l'ai ramené, je ne peux donc à ce titre faire le moindre reproche à quiconque.
J'ai passé de très bons moments avec lui,  et je ne pense pas qu'il fût radicalement différent quand nous nous sommes quittés de ce qu'il était le jour de notre rencontre, car c'est plus le regard qu'on porte sur lui que l'être humain qui change. Mais un jour nos pathologies ont cessé d'être compatibles. Nous nous sommes donc séparés avant que ça tourne vinaigre et devienne pénible, et comme généralement je n'aime pas  ce qui se délite, ça n'a pas dû prendre trois jours si ma mémoire est bonne et quelques semaines après pour régler les questions techniques. Ca a été extrêmement  rapide et je ne l'ai plus revu depuis sauf une fois, quelques années après  et d'un peu loin, pour l'enterrement d'un ami commun.  Je ne pense pas que depuis  le jour de notre séparation, je lui ai  plus manqué qu'il ne m'a fait défaut.
Je parle de ça aujourd'hui parce qu'à l'occasion de la Toussaint, j'ai dit à ces membres de ma famille qui me sont chers et qui continuent de le voir  que ça m'est totalement égal, mais  je sais depuis quelques heures seulement honnêtement pourquoi. C'est tout simplement, parce que le temps passant,  n'ayant gardé aucune photo ni aucune trace de notre vie commune, je l'ai physiquement et mentalement  rapidement oublié, mais oublié au point de ne plus vraiment me souvenir de sa voix, très vaguement de son visage, bref, fondu enchainé, nada, rien. Je vais donc pas emmerder le monde pour rien.  J'en parle d'autant plus librement qu'il y a peu de chances qu'il lise ce blog.        
Le temps est un allié sincère et ambigu, il ancre, c'est selon,  les souvenirs autant qu'il les dissout.      

Richard Hills ? je suis fan !

ne vous fiez pas aux apparences... derrière cette allure de petit comptable propret se cache un monstre de virtuosité et d'humour...



André Ving-trois, les homos et les mots...

André Ving-trois (à ne pas confondre avec le sublime et homosexuel Jean du même nombre), baderne cardinalice vient encore de nous faire une de ces saillies de derrière la mitre  dont il a le secret. Le mariage entre personnes du même sexe est une "SUPERCHERIE" dit-il, "élément de langage"  probablement sorti d'une ecclésiastique cervelle communicante.
 Faut dire que venant de la part d'une personne dont le fond de commerce repose sur l'histoire d'une vierge qui enfante des œuvres du Saint Esprit un garçon qui finira par changer l'eau en vin, multiplier les pains et dupliquer les poissons, on est on droit de reconnaître que côté supercherie  l'ensoutané  de rouge sait de quoi il cause, à moins qu'il y croie pour de vrai... C'est pas impossible. En attendant, il ose ! Faut dire que depuis Audiard, c'est même à ça qu'on les reconnaît.

31 octobre, 2012

Sag mir wo die blumen sind ...

Demain comme tous les ans je vais partir poser mes chrysanthèmes sur mes tombes aimées. Il y a un cumulard, c'est Elie, qui a droit à un chrysanthème et à un caillou. Les juifs, c'est bien connu, ils veulent tout !
A bientôt !  

L'aphorisme du jour signé Sacha Guitry qui avait tout compris :


" Le tango, je me demande toujours pourquoi ça se danse debout !"

Brel et ses copains beaufs !



Je réécoute à l'instant cette vieille chanson de Brel. "Jeff". Et plus je la réécoute et plus je me dis, qu'elle a eu bien raison de le larguer, ce pleurnichard lourdingue, ce gros bâfreur de frites, ce con de sac à bière... Il a qu'à aller à Amsterdam se consoler avec les marins !

Amis de la Poésie Bonsoir !

Je ne sais pas si vous écoutez en ce moment les radios et les émissions consacrées à l'intelligence en général et à celle de ceux qui y causent en particulier,  mais si vous voulez pas   avoir l'air trop con, vous avez intérêt à dénigrer le bon Prévert... Haro sur le Prévert. Le Prévert, c'est nul... Ce serait presque honteux, limite obscène d'apprendre ça aux enfants... 
Bon, si vous préférez encore  Maurice Carème c'est votre droit. Mais si vous comptez attirer les marmots avec Mallarmé œuvres complètes pour en venir à  Francis Ponge,  bon courage, et vive l'enfant roi !      

Je sais, je vous l'ai déjà montré, mais c'est tellement bien...


30 octobre, 2012

Niqab et niveau sonore ou l'art de se faire des ami(e)s .

Quand j'entends dans ma rue, dans le train, ou ailleurs  certaines femmes péremptoires parlant fort, et  trop fort,  je me dis que, toutes cultures confondues (vous ne  m'aurez pas sur ce terrain), le niqab s'il est odieux en ce que, comme à la télé, il coupe l'image/fondu au noir,   présente au moins l'avantage de baisser un peu, voire shunter totalement  le son.
Et les mecs, me direz vous ! Eh bien, essayez de mettre un bâillon à un mec de deux cents livres...( sauf s'il est d'accord, mais c'est une autre histoire, on va pas en causer ici ce serait aussi déplacé que le début si ce n'est plus !)   

Compter sur ses doigts

Cherchant à l'instant à savoir si le mois d'octobre avait 30 ou 31 jours, j'ai fait comme d'habitude, j'ai vérifié sur les premières phalanges de mes doigts, là ou elles se raccordent à la main. 
Bosse = 31 
Creux = 30

Site counter

Archives du blog