09 mai, 2013

Haro sur le requin


On le sait le nom vulgaire du requin, vient du latin d'église " Requiem" qui suggère clairement sa dangerosité. Le pauvre garçon qui s'est fait dévorer hier par un requin en Nouvelle Calédonie ou à la Réunion, je sais plus, surfait imprudemment alors que le drapeau "danger" flottait sur la plage.
Et aussitôt de crier haro sur le requin. Tout le monde, surtout les hôteliers à qui ça fait une mauvaise pub et un tas de professionnels du tourisme soutenus par certain élus, de réclamer l'éradication de la bête...
Maintenant, malgré la tragédie de ce jour, il faut en convenir, le requin tue très peu, moins que la noyade en mer l'été, la bagnole le WE, l'alcool et le tabac à chaque instant, et le fusil les jours d'ouverture de la chasse
Faut-il pour autant interdire les bains de mer, les bagnoles, l'alcool, les carabines et le tabac ?
Et puis, honnêtement, le requin avec qui certains plongeurs arrivent à nager de conserve en toute quiétude, existait, avant, mais alors bien avant les surfers...

1 commentaire:

daniel a dit…

Parfois les conditions de la rencontre alimentaire entre l'homme et la bête s'inversent...

Site counter

Archives du blog